Le directeur de l’élite universitaire française de Sciences Po a démissionné mardi après qu’il est apparu qu’il connaissait depuis des années les allégations d’abus sexuels contre l’ancien président de la commission scolaire.

Dans un livre publié début janvier, l’avocate Camille Kouchner a accusé l’un des plus grands politologues français, Olivier Duhamel, son beau-père, d’avoir abusé sexuellement de son frère jumeau alors qu’ils étaient adolescents.

Duhamel a été président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), le conseil qui supervise la gouvernance de Sciences Po, une école prestigieuse fréquentée par une grande partie de la classe politique française. Duhamel a démissionné de son poste peu de temps avant la publication des premiers extraits du livre dans Le monde. Il a refusé de commenter les allégations aux médias.

Les soupçons se sont accrus au cours des semaines suivantes sur qui, dans l’establishment politique français, aurait pu connaître les allégations avant qu’elles ne soient diffusées publiquement.

Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, a d’abord déclaré qu’il n’était pas au courant des allégations et qu’il était “choqué” par les révélations du livre. Peu de temps après, il est devenu connu que ils lui avaient dit sur les accusations deux ans devant l’ancienne ministre de la Culture socialiste Aurélie Filippetti.

Mion a reconnu “des erreurs de jugement dans le traitement des allégations dont j’ai eu connaissance en 2018, ainsi que des incohérences dans la manière dont j’ai parlé publiquement de l’évolution de l’affaire”, dans une déclaration envoyée au personnel de l’école et aux étudiants annonçant sa démission, rapporté par les médias français.

READ  Le plus petit banc au monde montre ce que l'impression 3D peut faire pour les «micro-nageurs»

Marc Guillaume, actuel préfet de la région parisienne – le plus haut représentant de l’Etat français au niveau local – a également reconnu devant une commission administrative d’enquête qu’il était au courant de “problèmes sexuels” liés à Duhamel, un magazine d’information Marianne a rapporté mardi.

Guillaume, qui était auparavant secrétaire général sous les gouvernements de François Hollande et d’Emmanuel Macron jusqu’à l’année dernière, a démissionné du conseil d’administration de Sciences Po en janvier.