© Fourni par Daily Mail
Logo MailOnline

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, aurait peut-être payé 450 millions de dollars pour un tableau de Léonard de Vinci que l’artiste n’a pas réellement créé, selon un nouveau documentaire.

Le nouveau film, du documentariste Antoine Vitkine, plonge dans le différend en cours entre Riyad et Paris sur l’authenticité de “ Salvator Mundi ”, une œuvre d’art présentée comme la “ Mona Lisa masculine ” avant d’être vendue pour la somme record en 2017.

Dans ce document, de hauts responsables français informant le gouvernement ont déclaré que Bin Salman avait demandé au gouvernement français d’afficher l’œuvre d’art à l’intérieur du Louvre aux côtés de la Joconde et de la présenter comme l’œuvre à 100% de Da Vinci.

Mais, disent-ils, leur analyse montre que si la peinture a été réalisée dans l’un des ateliers de Da Vinci, le maître lui-même n’a fait que «contribuer» à l’œuvre.



une personne debout devant un miroir posant pour la caméra: Salvator Mundi s'est vendu pour un montant record de 450 millions de dollars chez Christie's à New York en 2017, mais a été laissé à l'écart des grandes expositions en galerie depuis lors au milieu des doutes sur son authenticité.


© Fourni par Daily Mail
Salvator Mundi s’est vendu pour un montant record de 450 millions de dollars chez Christie’s à New York en 2017, mais a été laissé à l’écart des grandes expositions dans les galeries depuis lors au milieu de doutes sur son authenticité.

Cette analyse et la rangée suivante expliquent pourquoi le tableau n’est pas apparu comme prévu au Louvre Abu Dhabi en 2018, puis dans une exposition da Vinci réussie au Louvre à Paris l’année suivante.

«Les choses sont devenues incompréhensibles», explique un responsable français dans le film Le Sauveur à vendre, qui sort cette semaine à la télévision française.

READ  ses paroles très violentes qui feront sauter son ex, Pascal Balland

«La demande de« MBS »(bin Salman) était très claire: montrez le Salvator Mundi à côté de la Joconde et présentez-le comme un da Vinci à 100%.

Les Saoudiens ont proposé diverses offres, dit le responsable, mais sa recommandation à l’Elysée était que cela reviendrait à «blanchir une œuvre d’art de 450 millions de dollars».

Le documentaire allègue que certains membres du gouvernement français, dont le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ont fait du lobbying au nom de la demande de ben Salmane.

Ils étaient préoccupés par l’impact sur les relations stratégiques et économiques de la France avec l’Arabie saoudite.

Mais Macron a finalement décidé de rejeter la demande de Bin Salman, laissant le Louvre négocier avec les Saoudiens sur la manière dont le tableau devrait être présenté dans sa rétrospective, indique le documentaire.



Mohammad Bin Salman Al Saud con sombrero: un nuevo documental afirma que Mohammed bin Salman, que se cree que es el propietario de la obra, quería que se presentara como obra 100% de Da Vinci, pero los expertos dicen que el maestro solo 'contribuyó ' à elle.


© Fourni par Daily Mail
Un nouveau documentaire affirme que Mohammed ben Salmane, qui serait le propriétaire de l’œuvre, voulait qu’elle soit présentée comme 100% Da Vinci, mais les experts affirment que le maître n’a “ contribué ”

Aucun accord n’a été trouvé et le musée a refusé de commenter l’affaire.

“Les Saoudiens redoutent ce débat sur l’authenticité”, déclare Chris Dercon, qui dirige l’un des principaux organes muséaux de France et conseille le gouvernement saoudien sur l’art, dans le documentaire.

Ils ont peur que les gens disent, tant chez eux qu’à l’étranger: “Vous avez dépensé tout cet argent pour quelque chose qui n’est pas un da Vinci”.

La peinture a été initialement achetée en 2005 pour seulement 1 175 $ par un marchand d’art de New York et restaurée aux États-Unis.

READ  Timide je suis enceinte: photo avec un homme, mystère soulevé sur le père du bébé?

Plusieurs experts britanniques ont authentifié le tableau comme un da Vinci perdu depuis longtemps et il a été présenté comme tel à la National Gallery de Londres en 2011 avant d’être vendu à un oligarque russe pour 127,5 millions de dollars deux ans plus tard.

Il s’est ensuite vendu 450 millions de dollars aux enchères chez Christie’s à New York, battant le record de l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères publiques.

Officiellement, l’acheteur était le prince Bader bin Abdullah bin Mohammed bin Farhan al-Saud, un membre peu connu de la famille royale saoudienne sans antécédents en tant que collectionneur d’art.

Mais, ont déclaré des responsables américains, le prince Bader a en fait été utilisé pour remplacer le prince Mohammed ben Salmane, qui est le véritable propriétaire du tableau.

Riyad continue de nier que Bin Salman soit le véritable propriétaire.

Lire la suite