Publié le:

Le second tour des élections législatives tunisiennes de dimanche semblait devoir reproduire le faible taux de participation du premier tour en décembre, avec un taux de participation de seulement 7,7 % dans l’après-midi.

Le parlement nouvellement formé et beaucoup moins puissant est un élément central d’un système politique Président Kais a dit introduite l’année dernière après une Prise de possession en juillet 2021 qui a donné à la présidence une domination presque totale.

Au premier tour des élections législatives en décembre seulement 11% de l’électorat y ont participé, selon les données officielles.

Les premiers chiffres de la participation publiés dimanche par la commission électorale ont montré peu d’amélioration. Les chiffres de la commission électorale indiquaient un taux de participation de 7,7% à 15h00, juste un peu plus que les 7,2% enregistrés au même moment lors du vote de décembre.

“Je ne suis pas intéressé par des élections qui ne me concernent pas”, a déclaré Nejib Sahli, 40 ans, en passant devant un bureau de vote dans le quartier Hay Ettahrir de Tunis tôt dimanche matin.

Des observateurs électoraux indépendants, y compris des mourakiboun Ils ont remis en question les chiffres officiels de participation, accusant les autorités de nombreux districts de dissimuler des données sur lesquelles elles s’appuient pour surveiller l’intégrité des élections. “Cela porte un coup dur à la transparence des élections et des chiffres fournis par les autorités”, a déclaré le directeur de Mourakiboun, Slim Bouzid.

>> Contagion de la corruption en Tunisie : le plus grand port de commerce du pays dans le collimateur

Les groupes d’opposition sont pour la plupart boycotter élections, mais restent divisés sur la manière d’aller de l’avant.

Saied a déclaré que ses actions étaient à la fois légales et nécessaires pour sauver Tunisie des années de corruption et de déclin économique aux mains d’une élite politique intéressée.

Bien que sa nouvelle constitution ait été approuvée par référendum l’année dernière, seuls 30 % des électeurs y ont participé.

Un journaliste de Reuters dans un bureau de vote du district d’Ettadamon à Tunis a déclaré qu’aucun électeur n’était présent pendant les 20 minutes où il était là.

Une crise économique qui s’aggrave et qui a provoqué des pénuries de nourriture et de médicaments, et a incité le gouvernement à demander un renflouement international, a ajouté à la désillusion généralisée à l’égard de cette politique.

« Nous ne voulons pas d’élections. Nous voulons du lait, du sucre et de l’huile de cuisson », a déclaré Hasna, une femme qui fait ses courses à Ettadamon dimanche.

(FRANCE 24 avec Reuters)