AIGLE, Suisse (AP) – L’instance dirigeante du cyclisme a mis à jour jeudi ses règles d’éligibilité pour les athlètes transgenres avec des limites plus strictes qui obligeront les coureurs à attendre plus longtemps avant de pouvoir concourir.

L’Union Cycliste Internationale (UCI) a augmenté la période de transition en cas de faible taux de testostérone à deux ans et a abaissé le niveau maximal accepté de testostérone.

La période de transition précédente était de 12 mois, mais l’Union cycliste internationale (UCI) a déclaré que des études scientifiques récentes montrent que « les adaptations attendues de la masse musculaire et de la force/puissance musculaire » chez les athlètes qui sont passés d’homme à femme prennent au moins deux ans. .

« Compte tenu du rôle important que jouent la force et la puissance musculaires dans la performance cycliste, l’UCI a décidé d’allonger la période de transition avec de faibles niveaux de testostérone de 12 à 24 mois. » a déclaré l’organe directeur après une réunion du conseil d’administration.

L’UCI a également abaissé le niveau maximal de testostérone autorisé chez les athlètes transgenres à 2,5 nanomoles (nmol) par litre au lieu des cinq actuels.

« Cette valeur correspond au niveau maximum de testostérone retrouvé chez 99,99% de la population féminine », précise l’instance dirigeante.

Il a ajouté que l’ajustement « vise à promouvoir l’intégration des athlètes transgenres dans le sport de compétition, en maintenant l’équité, l’égalité des chances et la sécurité des compétitions ».

La règle entrera en vigueur le 1er juillet.

Le Comité International Olympique a mis à jour son propre guide sur l’éligibilité des transgenres en novembre dernier, mais a laissé aux instances sportives individuelles le soin d’établir leurs propres règles.

READ  Internationaux de France 2021 : Que voir jeudi

Le CIO a ensuite déclaré que « les athlètes devraient être autorisés à concourir, mais les avantages injustes devraient être réglementés ».

Les critiques de la politique des athlètes transgenres ont fait valoir que les femmes qui ont traversé la puberté masculine conservent certains avantages physiques.

L’organisme mondial de natation FINA doit publier dimanche sa politique sur les athlètes transgenres.

___

Plus d’AP Sports : https://apnews.com/hub/sports et https://twitter.com/AP_Sports