Les connaissances, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation de couscous du Maghreb ont fait leur entrée ce mercredi sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité.

Après la cuisine gastronomique des Français (2010), la culture de la bière en Belgique (2016) ou l’art du pizzaiolo napolitain (2017), ils sont «Connaissances, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation de couscous»Qui viennent de s’inscrire la liste UNESCO du patrimoine culturel immatériel.

Réuni par visioconférence, le comité du patrimoine de l’UNESCO, sous la présidence de la Jamaïque, a approuvé ce mercredi le dossier maintenu conjointement par l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie.

Les quatre candidats réunis avaient fait valoir que ces savoirs et pratiques, partie intégrante de leur patrimoine culturel, sont liés à toutes les populations de leurs pays respectifs, tous sexes, tous âges, sédentaires ou nomades, ruraux ou urbains, y compris les migrants. et en toutes circonstances: plat du jour et festif. Ils avaient mis en avant, outre sa qualité de “plat emblématique”, ses dimensions sociales, sa symbolique très forte – solidarité, coexistence, partage … – mais aussi “universel”, le couscous est désormais apprécié dans le monde entier. monde. Enfin, ils ont fait valoir que la tradition du couscous impliquait de multiples compétences: artisans qui fabriquaient des ustensiles liés au couscous, agriculteurs qui produisaient des céréales, meuniers qui les transformaient en semoule, commerçants, hôteliers …

Un autre dossier gastronomique a été approuvé dans ce 15moi session: celle de “La culture des vendeurs de rue à Singapour, les pratiques culinaires et la restauration communautaire dans un contexte urbain multiculturel”. C’est la street food, née au milieu du 19ème siècle.moi siècle, et largement représentée aujourd’hui dans la cité-état, avec près de 6000 vendeurs regroupés dans les marchés couverts.

READ  Macron profite d'un sommet méditerranéen sur l'île pour rencontrer des élus

Nar Bayrami, fête traditionnelle de la grenade et de sa culture (Azerbaïdjan) et de la pêche charfiya dans les îles Kerkennah (Tunisie) font également partie des quinze élus de la liste 2020.


VOIR ÉGALEMENT – Lors du premier accouchement, le couscous était l’un des 10 plats qui manquaient le plus aux Français