Le président suisse Ignazio Cassis prononce un discours à l’ouverture d’une session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 28 février à Genève, en Suisse. (Fabrice Coffrini/AFP/Getty Images)

La Suisse a annoncé qu’elle renoncerait à son engagement en faveur de la « neutralité suisse » au profit de l’adoption de sanctions contre la Russie, a déclaré lundi le président fédéral suisse Ignazio Cassis, ajoutant que les sanctions de la Suisse seront conformes à celles déjà adoptées par l’Union européenne. .

« Le Conseil fédéral suisse a décidé aujourd’hui d’adopter pleinement les sanctions de l’UE », a déclaré Cassis lors d’une conférence de presse. « C’est une action sans précédent de la part de la Suisse, qui est toujours restée neutre auparavant. »

« L’attaque de la Russie est une attaque contre la liberté, une attaque contre la démocratie, une attaque contre la population civile et une attaque contre les institutions d’un pays libre. Cela ne peut pas être accepté au regard du droit international, cela ne peut pas être accepté politiquement et cela ne peut pas être accepté moralement », a ajouté Cassis.

S’exprimant à l’issue d’une réunion extraordinaire du Conseil fédéral suisse, Cassis a souligné qu' »en ces jours sombres », la Suisse est solidaire du peuple ukrainien et espère que les sanctions inciteront le Kremlin à « changer d’avis ».

« Jouer le jeu d’un agresseur n’est pas neutre. Ayant signé la convention de Genève sur les droits de l’homme, nous sommes liés par l’ordre humanitaire », a déclaré Cassis. « D’autres démocraties pourront faire confiance à la Suisse ; ceux qui défendent le droit international pourront faire confiance à la Suisse; Les États qui défendent les droits de l’homme pourront compter sur la Suisse. »

La Suisse gèlera les avoirs des « personnes inscrites sur la liste » et appliquera également une interdiction d’entrée pour les personnes visées par le paquet de sanctions de l’UE, selon le président fédéral suisse.

READ  Mathieu van der Poel prend le maillot rose en remportant la première étape du Giro

Cassis a déclaré que la Suisse fermait son espace aérien à tous les vols en provenance de Russie, y compris les avions privés, à l’exception des vols humanitaires, des vols de recherche et des situations d’urgence.

La ministre suisse de la Justice, Karin Keller-Sutter, a déclaré que l’interdiction d’entrée affecterait « les oligarques de nationalité russe ou ukrainienne qui sont particulièrement proches du président russe Vladimir Poutine ».

« Ce sont cinq personnes ayant de solides liens économiques en Suisse », a noté Keller-Sutter, mais a déclaré que pour des raisons de confidentialité, elle ne nommerait pas ces oligarques.