GAZA CITY: Ola Zaqout fait régulièrement du vélo dans le cadre d’un projet sportif sans précédent qu’elle a récemment lancé dans la bande de Gaza avec des dizaines de ses amis palestiniens.

Marquant un écart par rapport aux normes de la bande que le Hamas dirige depuis 15 ans, l’initiative offre aux filles la possibilité de faire du vélo dans les lieux publics.

Sa propriétaire, Rania Al-Daour, l’appelle «Respirez profondément», un espace où les femmes peuvent s’exprimer et mener une vie normale.

Officiellement, aucune loi n’interdit aux femmes de Gaza de faire du vélo, mais sous le poids des coutumes et des traditions, il est inhabituel de voir une femme faire du vélo en public.

Zaqout, 23 ans, a déclaré avoir ressenti le bonheur perdu pendant des années lorsqu’il a pu faire du vélo à l’extérieur pour la première fois.

À l’âge de 10 ans, Zaquot a arrêté de faire du vélo en raison de la décision de sa famille qui considérait que c’était «une honte pour la fille».

Il a dit qu’il adorait faire du vélo de son frère: « Il était glissant et acrobatique dans les rues. »

Elle a déclaré que le projet Breathe Deeply offre aux femmes un accès illimité au sport et dans une atmosphère d’intimité.

Zaqout a déclaré qu’il espérait que la culture de l’exercice s’étendrait aux femmes et aux hommes. Vous attendez avec impatience le jour où vous pourrez utiliser le vélo dans votre vie quotidienne.

En raison de l’atmosphère et de la culture qui prévalent depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, les restrictions imposées aux femmes, soit par décision officielle, soit par des moyens informels, ont augmenté.

READ  "Un contrat de gaz qui sent le soufre et qui pourrait aussi bien transporter de l'eau"

Al-Daour, propriétaire du projet, a déclaré que son idée venait de sa passion de retourner à son enfance, la période où elle pouvait faire du vélo sans aucune entrave.

Rania, 29 ans, femme voilée et mère de trois filles, pensait que le projet offrirait aux filles la possibilité de «faire du vélo dans un espace ouvert avec un confort et une intimité conformes aux valeurs religieuses et communautaires».

HAUTELUMIÈRE

Les femmes de Gaza ont besoin de ce sport, qui améliore les sentiments psychologiques, réduit la dépression et améliore la forme du corps.

Le projet a été lancé en coopération avec la municipalité de Gaza et le stade Yarmouk dans le centre-ville a été désigné pour permettre aux femmes de pratiquer le sport cinq jours par semaine à des heures précises.

Al-Daour vise à «encourager les femmes à pratiquer le sport sans honte ni entrave».

Le projet permet aux filles de 12 ans et plus de faire du vélo pour une somme modique. Rania a fourni 10 vélos aux couleurs attrayantes pour les femmes et les outils de protection dont le sport a besoin pour assurer la sécurité des participants.

Al-Daour et d’autres entraîneurs forment également des filles qui n’ont jamais fait de vélo.

Malgré les encouragements reçus par Al-Daour, le projet a fait l’objet de critiques sévères sur les réseaux sociaux de la part de personnes soupçonnées d’être des extrémistes religieux, qui ont partagé des photos de filles dévoilées lors de la cérémonie d’ouverture du projet.

Mais Al-Daour a choisi de ne pas commenter de telles critiques. «Le projet accueille tout le monde, quelle que soit l’apparence de la fille ou la nature de ses vêtements. Nous pratiquons le sport dans une aire de jeux désignée par la municipalité à des moments précis et uniquement pour les filles ».

READ  La France retire ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour protester contre l'accord sur les sous-marins

Al-Daour a souligné que donner aux filles la possibilité de faire du vélo ne vise pas à défier la société et ses traditions, mais plutôt à aider les femmes à pratiquer le sport et à en récolter les bienfaits sur la santé et la psychologie.

Les femmes de Gaza ont besoin de ce sport, qui améliore les sentiments psychologiques, réduit la dépression et améliore la forme du corps, selon Al-Daour.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le maire de Gaza nommé par le Hamas, Yahya Al-Sarraj, a salué le projet: « Il encourage les filles à faire du sport et leur donne de l’espace pour faire du vélo dans une atmosphère d’intimité ».