Amateur de dreadlocks, de pacifiste et de musique trance psychédélique, l’ancien architecte logiciel Ivan Bartos ne ressemble pas à votre leader typique d’Europe de l’Est.

L’homme de 41 ans est président du Parti pirate, la version tchèque des groupes qui ont vu le jour au cours de la dernière décennie pour défendre les droits civiques et lutter contre la corruption. Moins de quatre mois avant les élections, les sondages suggèrent que Bartos pourrait devenir Premier ministre, à la tête d’une coalition de maires et d’indépendants pour évincer le Premier ministre milliardaire Andrej Babis.

Pour les Tchèques, une victoire des pirates lors du vote des 8 et 9 octobre refléterait un électorat qui s’est lassé de la pandémie et des allégations de corruption et de copinage. Mais pour l’Union européenne, il y a un sens plus large : cela desserrerait les liens politiques avec la Pologne et la Hongrie après est entré en collision avec Bruxelles à propos d’abus de l’État de droit.

“Ce n’est pas une position intelligente ou pragmatique pour nous”, a déclaré Bartos dans une interview à Prague la semaine dernière. “Nous sommes plus sur la même longueur d’onde avec la France et l’Allemagne, qui défendent les valeurs européennes fondamentales, les libertés et la démocratie.”

Ivan Bartos au Parlement de Prague.

Photographe : Milan Jaros / Bloomberg

Le coronavirus a affaibli le soutien aux gouvernements de la région. En Pologne, le parti Droit et justice s’est engagé dans une coalition différends qui ont desserré leur emprise sur le Parlement. Les adversaires du Premier ministre hongrois Viktor Orban ont remporté de rares victoires, l’obligeant récemment à préparer établi une université chinoise à Budapest pour un référendum.

READ  Tim Cook a refusé de voir Elon Musk qui voulait vendre Tesla à Apple

En République tchèque, Babis a subi des pressions à la suite d’allégations de corruption et de détournement de fonds, qu’il nie toutes. Le Parti Pirate a lancé un audit de la Commission européenne sur ses accords commerciaux, qui l’a trouvé en conflit d’intérêts sur la propriété de son conglomérat Agrofert.