PARIS – La cheffe de la région parisienne, Valérie Pécresse, sera candidate à la présidence l’année prochaine, a-t-il déclaré. Le Figaro Jeudi.

« Je veux remettre le pays en ordre. En 2022, la France doit recommencer. Cet été, je vais sillonner le pays pour rencontrer les Français et enrichir mon projet », a déclaré l’homme politique conservateur dans une interview au journal.

L’annonce de Pécresse n’était pas une surprise, car il avait longtemps réfléchi à une candidature présidentielle. Cependant, sa candidature remplira davantage l’espace de centre-droit, où le président français Emmanuel Macron et Xavier Bertrand, comme Pécresse, ancien membre du parti conservateur Les Républicains, se positionnent également.

Selon le sondage de POLITICO, Bertrand pourrait obtenir 17% des voix au premier tour, se classant troisième derrière Macron et la leader d’extrême droite Marine Le Pen. Selon un sondage publié par LCI, Pécresse obtiendrait 14 %.

L’homme politique chevronné, qui a été deux fois ministre et porte-parole du gouvernement de l’ancien président Nicolas Sarkozy, n’est plus un membre officiel des Républicains. Elle reste proche de l’organisation politique et a créé son propre mouvement appelé Free !

SONDAGE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DE FRANCE

Pour plus de données d’enquête de toute l’Europe, visitez POLITIQUE Sondage des sondages.

En juin, elle est réélue à la tête de la région parisienne, dite Île-de-France. « Emmanuel Macron a envoyé cinq ministres contre moi lors des élections régionales. Je suis prête à être la première femme présidente de la République », a déclaré Pécresse au Figaro.

Contrairement à Bertrand, Pécresse s’est dit prête à participer aux primaires des Républicains pour ne trouver qu’un seul candidat.

READ  Le CDC met en garde contre une épidémie de Listeria dans plusieurs États due à la charcuterie

«Je vais courir comme une femme libre. Mais nous avons le devoir d’être solidaires et de jouer collectivement car nous n’avons besoin que d’un seul candidat de l’alliance de la droite et du centre pour [political] alternance. Je n’ai pas peur des primaires », a-t-il déclaré.