Le ministre suisse des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, a appelé la communauté internationale à fournir une aide humanitaire rapide, décisive et bien coordonnée à l’Afghanistan.

Cassis a prononcé le discours d’ouverture lors de la conférence des donateurs des Nations Unies de lundi pour la nation d’Asie centrale qui est tombée sous le contrôle du mouvement islamiste taliban.

Le chef de la diplomatie suisse a exhorté les nouveaux dirigeants afghans, qui adhèrent à une interprétation dure de la charia (loi islamique) à “assurer la sécurité des acteurs humanitaires et de développement”.

Le respect des droits humains doit être garanti, en particulier la protection des minorités et des femmes et des filles, a déclaré Cassis, ajoutant que les réalisations dans ces domaines doivent être protégées.

De nombreux experts internationaux craignent que les talibans ne répètent la dure règle qu’ils ont imposée entre 1996 et 2001, une période où les filles afghanes se sont vu refuser l’éducation.

+ La Suisse renforce son aide à l’Afghanistan

L’objectif de la rencontre internationale de Genève est de lutter contre la faim en Afghanistan et d’éviter que la vie publique ne s’effondre.

Rencontre avec le leader yéménite

Par ailleurs, Cassis a rencontré son homologue yéménite Ahmed Awad bin Moubarak à Genève pour discuter de la situation humanitaire au Yémen et de la perspective d’une solution politique au conflit dans la nation arabe.

Cassis a demandé un accès sans restriction à la population civile, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le conflit a éclaté dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique en 2014. Le conflit oppose le gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite aux rebelles Houthis, qui sont soutenus par l’Iran.

READ  Le champion Roglic remporte la 1ère étape du Tour d'Espagne
Keystone-SDA / ds