Mardi dernier, la France n’ayant réussi à vacciner que 8 000 personnes, le Premier ministre assiégé Jean Castex a donné un briefing spécial depuis Toulouse. «Les polémiques stériles n’ont jamais sauvé une seule vie ni uni une nation», tonna-t-il, rejetant la colère croissante exprimée dans le pays.

Castex a ensuite promis des progrès tout en parvenant à ne répondre à aucune des vraies raisons – une combinaison d’ineptie logistique et de manque de courage politique – pour la France en retard sur l’avant-dernière place dans les classements mondiaux de la vaccination. Samedi, 80 000 Français avaient été vaccinés, juste devant le Mexique avec 67 468. Par comparaison, les États-Unis ont vacciné 6,69 millions de personnes, Israël 1,69 million et le Royaume-Uni plus de 1,3 million.

Ce qui s’est passé était prévisible. Le gouvernement français, malgré l’aide tardive des consultants de McKinsey, n’a jamais pensé à la chaîne d’approvisionnement qui nécessitait des super-congélateurs capables de stocker le vaccin Pfizer et, début janvier, il n’avait déployé que 24 des plus de 100 disponibles dans le monde. Pays. Il avait supposé que d’autres vaccins seraient disponibles, en particulier le Sanofi français, qui n’avait pas besoin de congélateurs. Mais Sanofi, bien qu’il soit l’un des six fournisseurs inclus dans le processus d’achat en gros de l’UE, donne à décembre la date la plus proche à laquelle son vaccin pourrait être éligible à la distribution.

Il n’est pas surprenant que les responsables français à tous les niveaux nient que Sanofi ait été favorisé pour des raisons politiques. Il n’est pas fait en France d’admettre une erreur. Mais cela a été aggravé par la décision, à tous les niveaux, d’apaiser les anti-vaccins français. Notre ministère de la Santé, le seul au monde, a inventé un «carnet de codes de vaccination» de 45 pages qui nécessitait l’obtention d’un consentement lors d’une visite chez le médecin généraliste, après quoi quatre jours de «temps d’attente» étaient nécessaires. «Avant que quelqu’un ne soit réellement vacciné.

READ  Le Grand Départ du Tour de France 2021 aura lieu à Brest

Pendant ce temps, le ministre, toujours seul en Europe, a décidé de ne pas ouvrir de centres de vaccination et a également refusé de permettre aux pharmaciens de participer, malgré l’administration régulière d’injections contre la grippe chaque hiver, craignant à nouveau les antivaxxers. . Un rapport confidentiel a prédit plus de 30% de gaspillage de doses de vaccin, mais n’a fait aucune recommandation (au contraire, les Israéliens, confrontés au même problème, ont décidé de vacciner tous les participants plutôt que de laisser les doses se perdre). Au lieu de cela, les autorités françaises de vaccination ont été exposées plus tard pour expliquer qu’un “rythme lent” était bien meilleur que “étudier les effets”.