L’Égyptien Mohammed Tarek est «sur une lancée» alors qu’il prête sa voix à Warner Bros. ‘DC League of Super-Pets’

DUBAI : C’est une vie étrange d’être un créateur de contenu. Prenons l’exemple de la star égyptienne des médias sociaux, Mohammed Tarek. Il est dentiste de jour, diplômé plus tôt cette année après six ans d’études approfondies en Égypte, mais pendant son temps libre, il réalise des vidéos humoristiques, parlant souvent directement dans son téléphone. Il fait des voix et des sketchs depuis sa chambre, rassemblant les parties qui lui viennent à l’esprit lorsqu’il se réveille le matin avant le travail. Au dire de tous, c’est une personne humble et normale qui passe son temps avec ses amis et sa famille. Mais vous ne sauriez jamais quand il va au centre commercial. Là-bas, il est une superstar, entouré de fans.

« Je me souviens encore de la première fois où j’ai été arrêté en 2016 », a déclaré Tarek à Arab News. « Je me promenais avec ma sœur dans le centre commercial, et cette fille est venue vers moi. Elle a dit : ‘Hé ! J’adore vos vidéos !’ J’étais comme, ‘Quoi? Regardez-vous vraiment mes vidéos ? Elle a dit: « Oui, j’aimerais prendre une photo. » J’étais abasourdi. J’ai dit : ‘Non, je veux prendre une photo avec toi !’ »

Se faire arrêter par des inconnus est devenu une habitude pour Mohammed Tarek. (Fourni)

Depuis lors, être arrêté par des inconnus est devenu un événement régulier pour Tarek, qui a gagné des légions d’abonnés à travers la région, amassant 4,3 millions d’abonnés sur TikTok, 2,3 millions supplémentaires sur Instagram et plus d’un demi-million sur Twitter Youtube. Il a même attiré l’attention des plus grands studios de cinéma du monde, recevant récemment le feu vert pour interpréter Aquaman dans la version doublée en arabe (réanimée pour que la bouche du personnage bouge correctement avec l’arabe parlé) du film à succès. billetterie d’animation. League of Super-Pets », un rôle joué par le comédien néo-zélandais Jermaine Clement dans la version anglaise. C’était un appel qu’il n’avait jamais vu venir.

« Ce n’est pas la chose la plus aléatoire qui me soit jamais arrivée, mais c’est assez aléatoire », dit-il. « L’appel que j’ai reçu pour obtenir le rôle était fou. J’étais assis à l’université, m’occupant de mes affaires, et quelqu’un vient de m’appeler à partir de ce numéro aléatoire, n’est-ce pas ? J’ai répondu et ils ont dit : ‘Hé, tu veux être Aquaman ?’ J’étais comme, ‘Ouais, ça sonne bien!’ »

Mohammed Tarek exprime Aquaman (deuxième à gauche) dans la version arabe de « DC League of Super-Pets ». (Fourni)

Le doublage a toujours été l’un des rêves de Tarek. Il a amassé des dizaines de ses propres personnages qui se moquent de différents archétypes culturels égyptiens.

« J’ai toujours été fan du travail de doublage. En grandissant, cela me paraissait fou de voir comment les gens pouvaient transmettre autant d’émotions rien qu’à travers leur voix. L’animation est là, bien sûr, pour exprimer quelque chose, mais la voix est l’essentiel. La voix est ce dont vous vous souvenez. J’ai grandi en regardant des dessins animés et des films doublés en arabe, donc pouvoir évoluer dans ce monde est vraiment bouclé pour moi, et j’aime ça autant que je le pensais », déclare Tarek.

Comme la plupart des comédiens, en grandissant, le premier public de Tarek était sa famille, utilisant sa personnalité pour les encourager dans leurs moments les plus sombres.

« Je suis la plus jeune, avec deux sœurs aînées. Je me souviens qu’un jour, ma sœur est rentrée de l’école en pleurant. J’étais vraiment dévasté. Mon père a essayé de la calmer, mais rien n’y fait. Je me suis dit : ‘Je dois arranger ça’. Alors tout ce que j’ai fait, c’est marcher vers elle et croiser les yeux. J’ai dit : ‘Hé, regarde-moi !’ Elle éclata de rire. Je me suis dit : « C’est ce que je vais faire à partir de maintenant », raconte Tarek.

Tarek est né en Arabie saoudite et a déménagé en Égypte au moment où il entrait dans son adolescence. Là, il a utilisé la comédie pour s’intégrer à ses nouveaux camarades de classe, qui étaient très différents de ceux qu’il avait connus et qui l’avaient d’abord intimidé. Son plan a fonctionné et il a même conquis ses professeurs dans le processus.

Après six années d’études approfondies, Tarek a récemment obtenu son diplôme de l’Université MSA en Égypte. (Fourni)

« J’avais l’habitude d’écrire des chansons sur mes professeurs, en prenant la mélodie de chansons populaires et en réécrivant les paroles pour les adapter à chacune. Les élèves riaient, mais les professeurs riaient aussi avec nous. Je me tenais sur un podium devant la classe et ils s’asseyaient derrière moi et ils adoraient ça. Mes chansons parodiques sont devenues un rituel annuel dans notre école », dit-il.

Tarek s’est lancé pour la première fois dans la création de contenu aux débuts de YouTube sur la plate-forme de vidéos courtes Vine, aujourd’hui disparue. Mais il ne s’attendait pas vraiment à trouver un public au-delà de sa propre maison.

« Chacune de mes vidéos obtiendrait cinq vues », dit-il. « Quatre d’entre eux seraient moi, et l’autre vue serait ma mère. »

Mais en 2016, Tarek a fait deux versions similaires dans l’esprit à celles qu’il avait l’habitude d’écrire sur ses professeurs, en prenant des chansons populaires d’Adele et Hozier et en chantant de nouvelles paroles du point de vue de l’un de ses personnages égyptiens. Il n’y a pas pensé, jusqu’à ce que le nombre de vues commence à grimper.

« Je me suis réveillé un jour et j’ai pensé : ‘Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ai-je 100 000 vues ?’ Ensuite, c’était ‘Pourquoi ai-je cinq millions de vues ? Que se passe-t-il?’ C’est à ce moment-là que les gens ont vraiment commencé à me répondre », explique Tarek.

Alors que son étoile montait, elle a refusé d’abandonner ses projets et s’est lancée dans la création de contenu, décidant de rester à l’école et de faire des vidéos quand elle en a trouvé le temps. C’est un choix qu’il ne regrette pas, même maintenant qu’il pratique enfin la dentisterie, mais cela a été plus difficile à équilibrer qu’il ne l’admet souvent aux gens.

« J’ai beaucoup d’amis qui sont dans le domaine des médias sociaux et ils sont épuisés par tout ce qu’ils font. J’ai beaucoup d’amis dans le domaine de la dentisterie et ils sont tous épuisés. Aucun d’entre eux ne peut vraiment se rapporter à ce que je traverse. J’en ai marre d’être un créateur de contenu et j’en ai marre d’être dentiste tous les jours. Qui fait ça ? Chaque fois que je me sens déprimé, tout me frappe. Mais en ce moment, je vais bien », dit-il avec un sourire. « En ce moment, je suis sur une lancée. »

Tarek ne se contente pas non plus des médias sociaux et de la dentisterie. Le passage à l’action avec « DC League of Super-Pets » est quelque chose que Tarek prend au sérieux et prévoit de poursuivre pleinement.

« En ce moment, j’essaie. Je commence à suivre des ateliers de théâtre, ce qui est un grand pas pour moi, car je n’aurais jamais fait ça par le passé. Personne ne le croit, mais naturellement je suis une personne très timide. J’étais le gars timide et naïf assis dans le coin parce que je ne voulais pas avoir affaire à des gens. Une partie de moi ne me comprend pas en ce moment, mais cela ne veut pas dire que je vais arrêter », déclare Tarek.

« Je n’ai aucune idée d’où je serai dans cinq ans. Je vais continuer. S’ils me proposent une audition, j’irai. Je profiterai de toute opportunité qui se présentera à moi. Tu dois juste travailler, tu vois ce que je veux dire ? Je le fais vraiment », dit-il. « Et je sais que cela m’amènera là où je suis censé être. »

READ  Les films d'animation français battent un record de 10 ans au box-office local en 2020