Par John Revill

BERNE (Reuters) – L’argent liquide reste roi en Suisse, selon une étude de la Banque nationale suisse publiée mercredi, bien que les citoyens des pays riches se tournent de plus en plus vers les cartes et les applications pour effectuer des paiements pendant la pandémie.

Environ 43% des paiements ponctuels dans les supermarchés et les restaurants sont effectués en espèces, l’instrument de paiement le plus populaire, selon l’enquête.

Mais le cash a perdu une partie de son attrait, le chiffre tombant du niveau de 70 % dans la dernière enquête de la BNS en 2017.

«En termes de montant des paiements effectués, les espèces restent l’instrument de paiement le plus utilisé pour la population suisse», a déclaré Fritz Zurbruegg, vice-président de la BNS.

« Par rapport à 2017 (…) leur part d’utilisation a considérablement diminué. La pandémie de coronavirus a donné une impulsion supplémentaire à ce passage des méthodes de paiement en espèces aux méthodes de paiement autres qu’en espèces. »

Aujourd’hui, un tiers des paiements sont effectués avec des cartes de débit, contre 22 % il y a quatre ans, tandis que les cartes de crédit sont également de plus en plus populaires. Tous deux bénéficient de l’utilisation croissante des paiements sans contact.

Les applications de paiement mobile comme Twint et Paypal représentent désormais 5% des transactions en Suisse, contre presque aucune en 2017.

« Les méthodes de paiement autres qu’en espèces (…) sont désormais considérées, au moins en partie, comme plus faciles à utiliser que les espèces », a déclaré l’étude, qui a été menée entre août et novembre 2020.

READ  Programme des chaînes pour les matchs de rugby 2021

L’essor des achats en ligne a accru la popularité des cartes et des applications pendant la pandémie, tout comme la tendance à acheter davantage dans les supermarchés pendant les fermetures.

Alors que les Suisses peuvent être progressivement déçus par l’utilisation de l’argent liquide, le nombre de billets en circulation augmente. Cela suggère que les espèces sont de plus en plus utilisées comme réserve de valeur, a déclaré la BNS.

Le rapport estime que les gens ont des réserves de liquidités cachées d’environ 10 milliards de francs, soit 12% des billets en circulation.

Environ 70 % de la population garde de l’argent liquide à la maison ou dans un coffre-fort, et la majorité (77 %) dispose jusqu’à 1 000 francs pour faire face à des dépenses imprévues ou comme réserve de valeur à long terme.

La BNS a déclaré que les taux d’intérêt suisses négatifs n’étaient pas un facteur car la plupart des gens n’avaient pas été directement touchés par eux.

(Reportage de John Revill, édité par John Miller)