Publié le:

Paris (AFP)- Le Burkina Faso a demandé à la France de retirer ses troupes du pays dans un délai d’un mois, selon une lettre diplomatique des autorités burkinabé à Paris obtenue dimanche par l’AFP.

Le président Emmanuel Macron a déclaré dimanche que Paris attendait des éclaircissements du Burkina Faso après que le régime militaire du pays africain a déclaré qu’il souhaitait que les troupes françaises partent d’ici un mois.

Macron a appelé à « beaucoup de prudence », affirmant qu’il y avait « une grande confusion » sur les commentaires rapportés dans les médias et a déclaré que le chef de la junte militaire Ibrahim Traoré devait prendre une position publique.

« Nous attendons des éclaircissements de M. Traoré », a-t-il déclaré aux journalistes.

La lettre du ministère des Affaires étrangères, datée de mercredi dernier, met fin à l’accord de 2018 par lequel les troupes françaises y étaient stationnées, et fixe à un mois le délai de leur départ.

L’AFP a obtenu la lettre d’une source diplomatique burkinabé, qui n’a pas pu dire si la France avait accusé réception de la lettre ou non.

Interrogé sur la lettre, le bureau du président français a déclaré qu’il attendait toujours la confirmation de la position du Burkina Faso au « plus haut niveau », réitérant la déclaration de Macron le dimanche précédent.

L’agence de presse officielle du Burkina Faso a rapporté les détails de la demande samedi soir, et une source proche du gouvernement a confirmé sa version à l’AFP.

La source a précisé qu' »il ne s’agit pas de la rupture des relations avec la France. La notification ne fait référence qu’aux accords de coopération militaire ».

READ  Elle a quitté son emploi en Suisse juste pour gagner sa vie en tant que combattante

Détérioration des relations

La France compte 400 soldats des forces spéciales stationnés au Burkina dirigé par la junte pour combattre une insurrection djihadiste, mais les relations se sont détériorées ces derniers mois.

Depuis que le régime militaire actuel a pris le pouvoir en septembre, il y a eu plusieurs manifestations réclamant le départ de l’ambassadeur de France et des troupes françaises.

Il y a des signes que le Burkina Faso, comme son voisin le Mali, se tourne vers la Russie comme partenaire.

Les manifestants ont régulièrement demandé à la France de retirer ses troupes du pays du Sahel, avec la dernière manifestation vendredi. © OLYMPIE DE MAISMONT / AFP

« La Russie est une option raisonnable dans cette dynamique », a déclaré la semaine dernière le Premier ministre burkinabé Apollinaire Kyelem de Tembela à l’issue d’une rencontre avec l’ambassadeur de Russie.

« Nous pensons que notre association doit être renforcée », a-t-il ajouté.

Kyelem de Tembela s’est rendu à Moscou début décembre.

Le Burkina Faso se remet d’une insurrection djihadiste venue du Mali voisin en 2015.

Traoré a pris le pouvoir lors d’un coup d’État fin septembre, le deuxième coup d’État militaire dans le pays en huit mois.

La France s’inquiète d’une répétition de son combat désastreux avec le Mali, d’où elle a retiré des troupes l’an dernier.

Si les forces françaises devaient se retirer du pays, l’option préférée de Paris semble être de redéployer ses forces dans le sud du Niger voisin, où près de 2 000 de ses soldats sont déjà stationnés.