La plus haute juridiction du sport, le Tribunal arbitral du sport (TAS), a débouté mardi le boxeur français Mourad Aliev‘s appel pour sa disqualification des JO de Tokyo pour avoir frappé à la tête son adversaire Frazer Clarke De la Grande-Bretagne.

Le tribunal a déclaré qu’il y avait peut-être eu « la possibilité d’une erreur technique de la part de l’arbitre », mais puisque la décision a été prise pendant le combat, elle serait maintenue.

Aliev avait déposé une protestation furieuse avec un sit-in d’une heure sur le ring dimanche après avoir été disqualifié dans son combat en quart de finale des super-lourds contre le Britannique après une série de coups de tête qui ont blessé son adversaire.

VOIR PLUS: Mourad Aliev remet en forme après avoir été disqualifié

Bien que la formation du TAS n’ait pas exclu la possibilité d’une erreur technique de l’arbitre, elle a indiqué qu’elle « a finalement décidé de confirmer les décisions contestées compte tenu du fait que la décision de l’arbitre de disqualifier Mourad Aliev a eu lieu sur le terrain de jeu. . « 

Le comportement d’Aliev après le combat avait fait fureur, le jeune homme de 26 ans ayant craché son protège-dents, frappant une caméra de télévision et faisant des gestes offensants.

Son adversaire avait subi des coupures au-dessus des deux yeux et saignait lorsque l’arbitre a envisagé une tête intentionnelle d’Aliev, remportant le match avec quatre secondes à jouer au deuxième tour.

Clarke combat l’Ouzbeki Bakhodir Jalolov en demi-finale mercredi.