Le New World Festival, l’extravagance musicale annuelle de la fête du Travail du dimanche à Randolph qui est devenu un incontournable de la scène des festivals de musique du Vermont, revient cette année pour sa 29e édition.

Le festival se déroule toute la journée le dimanche 5 septembre, avec des animations assurées par plus de 30 artistes dans une vitrine des styles musicaux celtiques et canadiens-français populaires en musique et en danse. Un lien pour accéder à la diffusion en direct sera inclus avec chaque billet acheté dans le cas où les membres du public ne pourraient pas assister à l’événement en personne.

Le festival, fondé en 1992, reconnaît le patrimoine culturel partagé par les provinces maritimes du Nord de la Nouvelle-Angleterre, du Québec et du Canada. C’est un héritage musical qui a migré vers l’Amérique du Vieux Monde, principalement l’Irlande, l’Écosse et la France. Le festival est devenu un événement familial populaire qui attire chaque année plus de 2000 personnes pendant les 12 heures de création musicale.

Pour les spectacles de la journée, le centre-ville de Randolph, à proximité du Chandler Center for the Arts, se transforme en un centre animé de musique, de danse et de restauration avec des événements simultanés au Arts Center, à l’église Bethany et à une tente de restauration spacieuse et de danse.

Le festival est devenu une vitrine importante pour les musiciens émergents spécialisés dans la musique folklorique celtique. La Young Traditions Tour Group Commission en est un exemple avec un certain nombre d’artistes diplômés qui se sont tournés vers des carrières musicales en solo et en groupe. Au-delà des actes bien connus, d’autres artistes cette année incluent : Dominique Dodge, Emerald Rae, Anthony Santoro, Scott Lemire, Midnight Capers et On the Border.

Le groupe le plus récent à se produire cette année est peut-être Project Séamus Egan. Egan est un interprète et créateur de premier plan de la musique irlandaise depuis son adolescence. Il est un multi-instrumentiste qui a enregistré un travail solo révolutionnaire avec Shanachie Records et a ensuite fondé le groupe irlando-américain Solas.

Aujourd’hui, Egan est l’un des principaux compositeurs et interprètes de la tradition. En tant que multi-instrumentiste, il a marqué le son de la flûte irlandaise, du banjo ténor, de la guitare, de la mandoline, du tin whistle et du bass whistle, entre autres. En 2018, Egan a commencé à tourner en tant qu’artiste solo, amenant des amis et des invités musicaux et faisant de la musique comme le Séamus Egan Project.

Le groupe comprend Jenna Moynihan, une violoniste écossaise diplômée du Berklee College of Music. Le guitariste Kyle Sanna a partagé la scène ou le studio avec les artistes primés aux Grammy Awards Yo-Yo Ma, Edgar Meyer et Chris Thile, ainsi que Kevin Burke et Martin Hayes. Owen Marshall, qui joue du bouzouki, est un natif du Vermont qui revient dans sa ville natale en tant que membre du groupe. Il a tourné avec The Press Gang, Copley Street, Haas, Marshall, Walsh et le groupe de danse Riptide.

READ  Regardez tous vos films préférés avec le plus petit projecteur

Katie McNally et Neil Pearlman incarnent les traditions musicales de l’Écosse et du Cap-Breton. Basés à Portland, dans le Maine, ils ont une façon unique d’interpréter les manières traditionnelles. La sortie 2020 de McNally « Now More Than Ever » a été saluée des deux côtés de l’Atlantique. Il s’est produit au Celtic Connections, au Celtic Colors, au Newport Folk Festival et au Festival of American Fiddle Tunes. Pearlman est reconnu dans de nombreux cercles musicaux celtiques pour son approche unique du piano.

Yann Falquet est un guitariste acoustique créatif très actif sur la scène musicale québécoise. Il a développé un style personnel pour la musique folk québécoise, inspiré par la performance d’accompagnateurs de différentes cultures (Bretagne, Scandinavie, Irlande, Amérique du Nord). Il a tourné avec Genticorum et The McDades.

Triton, un nouveau groupe du festival, est composé d’artistes chevronnés Jeremiah McLane, Tim Cummings et Alex Kehler. Originaires du Vermont et du Québec, ils offrent une musique ancrée dans le répertoire des danses traditionnelles du nord-ouest de l’Europe. Tous trois sont des maîtres de l’accordéon piano, de la cornemuse plus silencieuse à soufflet, du violon et du nykelharpa. Son répertoire comprend des bourrées du centre de la France, des trompettes des Scottish Borders, des slängpolska suédoises, des hanter dro bretons et des originaux captivants reflétant ces influences. Unis par leur zèle et leurs prouesses musicales, leurs performances sont également parsemées de commentaires captivants sur la musique et les instruments.

De retour au festival, Le Vent du Nord de Québec, une force de premier plan dans le mouvement populaire francophone progressiste du Québec. Le vaste répertoire du groupe s’appuie à la fois sur des sources traditionnelles et des compositions originales, tout en améliorant leur musique soul et soul (enracinée dans la diaspora celtique) avec un large éventail d’influences mondiales.

Avec accordéon à boutons, guitare et violon, le son du Vent du Nord est défini par la vielle à roue, ajoutant une saveur terreuse et rugueuse même aux airs de danse les plus entraînants. Ils clôtureront le festival par une danse.