WENGEN, Suisse (AP) – Il n’est jamais facile pour la Suisse de voir un skieur autrichien remporter sa course de ski emblématique qui fait partie de la culture de la nation alpine.

C’était encore plus difficile à encaisser samedi puisque Vincent Kriechmayr a remporté la course classique du Lauberhorn que les responsables de l’équipe suisse ont déclaré cette semaine qu’il n’aurait pas dû être autorisé à prendre le départ.

La victoire de Kriechmayr lors d’une descente de Coupe du monde baignée de soleil le long de la montagne Eiger est survenue malgré l’absence des courses d’entraînement en milieu de semaine qui sont généralement obligatoires dans la première épreuve de ski. Il avait été maintenu en quarantaine en Autriche après avoir été testé positif au COVID-19.

Il est arrivé à Wengen mercredi soir, après deux descentes d’essais, mais a été blanchi par les officiels de course qui ont insisté sur le fait que Kriechmayr, le champion du monde de descente en titre, n’avait pas fait l’objet d’un traitement particulier selon les règles de la Fédération de ski internationale (FIS).

«Pour moi, peu importe ce que dit l’équipe suisse. Pour moi, ce que disent les athlètes est important », a déclaré Kriechmayr, qui a demandé l’approbation de ses plus grands rivaux, dont les Suisses Beat Feuz et Marco Odermatt.


« Ils pensent que c’est une bonne décision pour les athlètes. C’est la seule chose importante pour moi », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

Dans une autre tournure, la séquence de victoires de Kriechmayr a privé le favori suisse Feuz d’une quatrième victoire record dans la course historique qui fait partie des rencontres de la Coupe du monde depuis le début du circuit il y a 55 ans. La course du Lauberhorn a été courue pour la première fois en 1930.

READ  Bernard Tapie dit qu'il est "au pire moment en trois ans"

Le vainqueur autrichien a terminé avec 0,34 seconde d’avance sur le deuxième Feuz dans la course la plus longue du circuit de la Coupe du monde qu’il a également remportée il y a trois ans. La clé de la victoire cette fois a été la course sans faute de Kriechmayr à travers la section médiane plus lente et plus sinueuse du parcours exténuant de 4,27 kilomètres (2 2/3 milles).

Le temps gagnant de Kriechmayr d’un peu plus de 2 minutes 26 secondes était 0,44 plus rapide que l’Italien Dominik Paris, qui occupe la troisième place et mène désormais le classement de descente toute la saison.

Le processus de qualification de Kriechmayr comprenait une « course d’entraînement » inhabituelle vendredi matin, un jour après avoir participé à une course de super-G de la Coupe du monde sur une partie inférieure de la colline. Le bref incident l’a vu quitter le début officiel de la descente, puis s’arrêter à moins de 10 mètres (yards).

Le début symbolique de l’entraînement a permis à Kriechmayr de courir en descente vendredi, où il s’est classé 12e, et à nouveau samedi, bien qu’il ait suscité les critiques de la FIS.

« En ces temps compliqués dus à la pandémie de COVID-19 », a déclaré l’instance dirigeante du ski dans un communiqué, « il est important de trouver des solutions pour que nos athlètes puissent concourir tant qu’ils peuvent répondre aux exigences nécessaires conformément à la directives de la FIS COVID. .”

Bien qu’il soit d’accord avec l’objectif de la FIS de permettre aux coureurs de courir, le vétéran italien Christof Innerhofer a déclaré à l’AP que « c’est plus facile quand on a un grand nom » comme Kriechmayr.

READ  Des millionnaires allemands apportent des actifs en Suisse avant les élections

Avant la course, les jets de démonstration de l’armée de l’air suisse ont exécuté leur spectacle de cascades en formation traditionnelle sur le parcours entouré par les montagnes de l’Eiger, de la Jungfrau et du Mönch.

Une foule de près de 19 500 spectateurs était plus de 12 000 de moins qu’il y a deux ans lorsque la course s’est tenue pour la dernière fois avant la pandémie.

Ils ont vu la star émergente du ski suisse Odermatt à la quatrième place, avec un retard de 0,46. Matthias Mayer, cinquième, a affiché la vitesse la plus rapide à près de 150 km/h (93 mph) lors de sa première sortie sur de la neige ramollie par une chaude journée.

Les supporters suisses ont également fait leurs adieux à Carlo Janka, le grand vainqueur de la Coupe du monde 2010 qui a mis fin à sa carrière sportive. Janka n’a pas terminé la course qu’il a remportée en 2010.

Odermatt a étendu son avance au classement général de la Coupe du monde à une énorme marge de 390 points sur Aleksander Aamodt Kilde, qui avait 0,98 de retard à la septième place. Kilde avait gagné vendredi devant Odermatt sur un parcours plus court du Lauberhorn.

Paris a gagné 60 points samedi pour prendre la tête que Kilde avait détenue au classement de relégation toute la saison. Dans une compétition serrée, Odermatt, sixième, n’est qu’à 40 points de participer à deux éditions le week-end prochain de la classique de descente autrichienne, le Hahnenkamm à Kitzbühel.

Le meeting de Wengen se termine dimanche par un slalom.

READ  Marseille, Verratti, Mbappé, les bleus et reviennent ...

___

Plus de ski AP : https://apnews.com/hub/ski Oui https://twitter.com/AP_Sports