ANKARA

Le Premier ministre australien Anthony Albanese a déclaré vendredi que son pays n’avait pas changé de position et construirait une flotte de sous-marins dans le cadre de l’accord AUKUS, malgré les critiques du président français Emmanuel Macron.

S’adressant aux journalistes à Bangkok, la capitale thaïlandaise, le Premier ministre australien a déclaré que Macron avait le droit de présenter son point de vue, ce qu’il fait très crûment.

«Nous procédons aux arrangements AUKUS, il n’y a rien d’ambigu à ce sujet. C’est notre position », a déclaré Albanese, selon une transcription publiée sur son site officiel.

« Il a le droit de faire les commentaires qu’il veut en tant que dirigeant de la France. Nous avons une relation très coopérative », a-t-il ajouté.

AUKUS est un traité de sécurité trilatéral pour la région indo-pacifique lancé le 15 septembre 2021 par l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni.

Les relations diplomatiques entre la France et l’Australie se sont détériorées en septembre dernier lorsque l’Australie a signé l’accord AUKUS avec les États-Unis et le Royaume-Uni pour obtenir des sous-marins à propulsion nucléaire.

L’Australie a également annulé son programme de sous-marins du futur (FSP) avec le groupe naval français pour acheter 12 sous-marins d’une valeur de 56 milliards d’euros (57,2 milliards de dollars).

La décision a bouleversé Macron et son gouvernement, qui ont exprimé leur consternation face à l’accord.

Jeudi, le président français Emmanuel Macron a accusé l’ancien Premier ministre australien Scott Morrison d’avoir provoqué une « confrontation nucléaire » avec la Chine et a déclaré qu’il avait aidé l’Australie à atteindre « la liberté et la souveraineté » grâce à l’accord sur les sous-marins, a rapporté ABC News.

READ  Se souvenir du chemin du Sénat de Harry Reid + trésorier du Wisconsin

« Nous aidions et accompagnions l’Australie dans la construction interne d’une flotte sous-marine, une coopération industrielle », a déclaré Macron cité par la chaîne de télévision.

Albanese a répondu à une question : « Est-ce votre premier désaccord avec Macron ? » Il a répondu: « Personne n’a suggéré cela. J’étais avec le président Macron hier soir. Nous avons eu un échange très amical comme nous le faisons toujours. »

Les deux dirigeants sont à Bangkok pour le sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), qui a débuté vendredi.

L’Australie s’oppose à l’adhésion de Taïwan au CPTPP

Albanese a déclaré que l’Australie ne soutiendrait pas l’adhésion de Taïwan à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) car ce n’est pas un État reconnu.

« Le CPTPP est une relation entre des États-nations qui sont reconnus. Taïwan est représenté ici parce qu’il est représenté ici en tant qu’économie », a déclaré Albanese, répondant à une question selon laquelle Canberra est désormais moins susceptible de soutenir l’entrée de Taïwan dans le CPTPP après son récente rencontre avec le président Xi Jinping.

« Il existe un soutien bipartite pour la politique d’une seule Chine. Nous soutenons le statu quo à Taïwan. Et dans le détroit de Taiwan, nous ne voulons voir aucune action unilatérale qui bouleverse ce statu quo », a-t-il ajouté.

Ses commentaires sont intervenus après sa récente rencontre avec le président Xi à Bali, en Indonésie.

Les relations entre Pékin et Canberra se sont envolées après que l’Australie s’est jointe à ses alliés occidentaux pour demander une enquête sur les origines du COVID-19, qui est apparu pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan en 2019.

READ  La Cour d'appel considère que le compteur Linky n'est pas obligatoire, mais ne sanctionne pas Enedis

La Chine a ensuite imposé des droits de douane de plus de 200 % sur les importations de vin australien à la suite d’une enquête antidumping.

*Écrit par Islamuddin Sajid


Le site Web de l’Agence Anadolu ne contient qu’une partie des informations proposées aux abonnés dans le système de diffusion d’informations AA (HAS), et sous forme de résumé. Contactez-nous pour les options d’abonnement.