La panne, attribuée à la pandémie de coronavirus, est considérée comme un revers pour les plans de privatisation du royaume.

Pour Bloomberg

L’Arabie saoudite a suspendu la vente de l’une des plus grandes usines de traitement de l’eau au monde, qui avait suscité l’intérêt d’investisseurs, dont le français Engie SA, dans un contretemps aux plans de privatisation du royaume.

La centrale de dessalement et de production d’électricité de Ras Al Khair sur la côte est de l’Arabie saoudite avait coûté plus de 7 milliards de dollars à construire. Le gouvernement, qui prévoyait d’accélérer les ventes d’actifs cette année, a blâmé les perturbations causées par la pandémie de coronavirus.

L’Arabie saoudite cherchait à lever environ 2 milliards de dollars en vendant une participation de 60%, ont déclaré à Bloomberg deux personnes proches du dossier, qui ont demandé à ne pas être identifiées car l’information est privée.

Les soumissionnaires potentiels ont trouvé l’âge de l’usine et l’utilisation de technologies obsolètes peu attrayants, ont déclaré les gens. Ses piètres références environnementales étaient un autre élément dissuasif, ont-ils déclaré.

“L’une des principales raisons de l’annulation de Ras Al Khair était les conditions économiques résultant de la pandémie et son effet sur les transactions de cette taille”, a déclaré lundi un porte-parole du Centre national de privatisation du pays.

Les offres des investisseurs ont montré que l’accord apporterait “une contribution limitée” au gouvernement, a-t-il déclaré, ajoutant que les responsables continueraient avec d’autres partenariats public-privé.

Le royaume vise à lever environ 38 milliards de dollars au cours des quatre prochaines années grâce à des privatisations, a déclaré le ministre des Finances Mohammed Al Jadaan au Financial Times en mai. Les objectifs précédents de cette collecte de recettes n’ont pas été atteints.

READ  Les soi-disant «certificats de vaccins» essentiels pour maintenir l'économie ouverte

La vente de Ras Al Khair est en préparation depuis au moins 2017, date à laquelle BNP Paribas a été nommé conseiller financier. Le pays a présélectionné les soumissionnaires plus tôt cette année. Outre Engie, ils comprenaient JERA Co. et Marubeni Corp. du Japon, NTPC Ltd. de l’Inde et Acwa Power, basée à Riyad.

Le lauréat était censé acquérir 60 % de l’installation, tout en la gérant et en l’exploitant. L’Arabie saoudite, qui est en grande partie désertique, est le plus grand consommateur d’eau dessalée au monde.

L’usine dessert la capitale de Riyad et certaines parties de la partie orientale du royaume. Elle produit 1,05 million de mètres cubes d’eau dessalée par jour et 2,65 gigawatts de puissance.