Les ASAT cinétiques pourraient créer d’énormes quantités de débris spatiaux dangereux qui pourraient endommager les satellites commerciaux. (Image : Centre national du renseignement et de l’espace)

WASHINGTON – L’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé à une écrasante majorité une résolution proposée par les États-Unis exhortant les États à s’engager à un moratoire sur les essais de missiles anti-satellites destructeurs, avec 155 pays votant pour, neuf votant contre et neuf nations s’abstenant.

Sans surprise, la Russie, la Chine et l’Iran faisaient partie des détracteurs. L’Inde, autre acteur majeur de l’espace, s’est abstenue. Fait intéressant, la Corée du Nord n’a pas enregistré de vote lors de la réunion du 7 décembre à New York, ce qui, selon un diplomate américain, était inhabituel car Pyongyang s’efforce normalement de voter « non » sur toutes les résolutions parrainées par les États-Unis.

Le Département d’État a mis la résolution sur la table des Nations Unies en septembre, tel que rapporté pour la première fois par Breaking Defense. Cette décision fait suite à une promesse unilatérale de la Maison Blanche en avril s’abstenir de tester des missiles ASAT à énergie cinétique lancés au sol.

Le vote de l’ONU pour soutenir la résolution n’engage pas les nations individuelles au moratoire, mais indique qu’il existe un large soutien pour le concept. C’était donc une bonne nouvelle pour Washington, où les représentants du gouvernement sont actuellement engagés dans une campagne pour convaincre d’autres nations de s’engager formellement à mettre en œuvre le moratoire.

Le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, le Japon, le Royaume-Uni, la Corée du Sud, la Suisse, l’Australie et la France ont maintenant pris de telles promesses.

READ  L'ONU reprend les pourparlers sur le traité en haute mer dans un contexte d'inquiétude croissante

La France est devenue le neuvième pays à le faire le mois dernier, un jour avant la rencontre du vice-président Kamala Harris le 30 novembre avec le président français Emmanuel Macron au siège de la NASA, s’appuyant sur une réunion d’environ un an au cours de laquelle les deux pays ont promis à leurs pays de construire une coopération spatiale en les domaines commercial, civil et de la sécurité nationale. Selon une lecture de la réunion Harris-Macron à la Maison Blanche, les deux « sont convenus de renforcer la coopération spatiale entre les États-Unis et la France dans les secteurs civil, commercial et de la sécurité nationale ».

La rencontre entre Harris et Macron fait suite au premier dialogue global sur l’espace, tenu à Paris le 17 novembre, qui a réuni des responsables américains du National Space Council, du National Security Council, du ministère de la Défense, de la NASA et du département d’État, parmi lesquels les autres. Au cours de cette réunion, les deux parties se sont engagées à travailler ensemble sur les questions liées à l’espace, du changement climatique à la sécurité nationale, y compris l’élaboration de normes pour les activités en orbite.

Les diplomates américains espèrent que le vote positif de l’ONU incitera davantage de pays à signer individuellement le moratoire. En particulier, Washington s’efforce de convaincre davantage de pays européens et l’Inde de le faire, ont déclaré plusieurs sources gouvernementales à Breaking Defence.

La France et l’Allemagne sont les deux plus grands acteurs spatiaux européens en Europe, mais l’Italie est également un opérateur spatial majeur pour les satellites civils et militaires, et jusqu’à présent, Rome ne s’est pas engagé. Le Luxembourg est également en train de devenir un centre spatial européen et n’est pas encore enregistré.

READ  La Russie établit un nouveau plan d'urgence pour l'équipage de la capsule spatiale endommagée

L’Inde est un opérateur spatial clé dans la région indo-pacifique, et les États-Unis cherchent depuis longtemps à faire de New Delhi un partenaire sur les questions de sécurité spatiale internationale, d’autant plus que la Chine continue de moderniser et d’étendre ses activités dans l’espace extra-atmosphérique dans tous les secteurs.

Mientras tanto, un grupo de demócratas del Senado y la Cámara de Representantes, encabezado por la senadora californiana Diane Feinstein y el representante Ted Lieu, copatrocinó una resolución para apoyar la moratoria de las pruebas ASAT de la administración Biden que también insta a más países a faire la même chose.

« Le ministère de la Défense suit actuellement plus de 47 000 objets dans l’espace de plus de 10 cm, y compris débris des essais de missiles anti-satellites, qui peuvent endommager des actifs vitaux en orbite. La quantité de débris a augmenté de près de 50 % depuis janvier 2021 et devrait continuer à augmenter à mesure que les gouvernements lancent davantage de satellites et effectuent des tests dommageables de missiles antisatellites », explique le communiqué de presse conjoint Feinstein-Lieu.

« Les tests de missiles anti-satellites destructeurs créent de grandes quantités de débris spatiaux qui menacent les astronautes et les satellites qui fournissent des services vitaux », a déclaré Feinstein.

Lieu, qui copréside le California Aerospace Caucus et dont le district comprend commandement des systèmes spatiaux, Il a noté qu’à mesure que les États-Unis étendent « les efforts commerciaux, scientifiques et de défense dans l’espace », le gouvernement doit « s’assurer que nous sommes des intendants responsables de la » dernière frontière «  ».

Alors que Lieu était le seul coparrain de la Chambre, sept autres sénateurs se sont joints: John Hickenlooper, D-Colo., Chris Van Hollen, D-Md., Angus King, I-Maine, Mark Kelly, D-Arizona, Alex Padilla, D- Californie, Edward J. Markey, D-Massachusetts et Patty Murray, D-Wash.

READ  Un vaisseau spatial japonais transportant des échantillons de sol d'astéroïdes s'approche de chez lui