BELLINZONE: L’ancien secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, et le responsable qatari des sports et de la diffusion, Nasser Al-Khelaifi, seront jugés lundi 7 mars devant la cour d’appel du Tribunal pénal fédéral suisse, dans une affaire de corruption liée aux droits médiatiques de la Coupe du monde.

Valcke, qui a été secrétaire général de l’instance mondiale du football de 2007 à 2015, a été acquitté en 2020 pour avoir accepté des pots-de-vin et aggravé la mauvaise gestion criminelle, mais les procureurs suisses ont fait appel de la décision.

Valcke a été condamné à l’époque à une sanction pécuniaire avec sursis pour falsification de documents.

Al-Khelaifi, président du groupe de médias basé au Qatar BeIN Sports et président du Paris Saint-Germain Football Club (PSG), ainsi qu’un troisième prévenu, un homme d’affaires grec, ont été acquittés d’avoir incité Valcke à commettre une mauvaise gestion criminelle aggravée, un verdict. les procureurs ont également fait appel.

Les avantages que Valcke aurait reçus, notamment l’utilisation gratuite d’une villa appartenant à Al-Khelaifi en Sardaigne et les paiements de l’homme d’affaires grec, étaient liés à l’attribution des droits de diffusion des Coupes du monde et des Confédérations de la FIFA.

Lors du procès de 2020, le tribunal a déclaré que Valcke avait reçu des avantages indus, mais que les contrats médiatiques que la société d’Al-Khelaifi avait signés avec la FIFA, l’une des parties à l’affaire, étaient financièrement attractifs pour la FIFA.

Les accusations de corruption contre Al-Khelaifi ont été abandonnées avant le procès de 2020 après que la FIFA a conclu un accord avec Al-Khelaifi.

READ  La banque suisse Julius Baer va payer 79,7 millions de dollars dans un règlement de corruption de la FIFA

Valcke et Al-Khelaifi, qui est également membre du comité exécutif de l’UEFA, l’instance européenne du football, ont nié tout acte répréhensible.

Valcke, 61 ans, a été interdit de toute activité liée au football jusqu’à la mi-2032 par le comité d’éthique de la FIFA pour avoir enfreint son code d’éthique.