Pyeongsan (Corée du Sud) (AFP) – Après cinq ans à la tête de la Corée du Sud, l’ancien président Moon Jae-in a déménagé dans une ville tranquille loin de Séoul, à la recherche d’une retraite paisible. Puis les protestations ont commencé.

Chaque jour depuis son arrivée en mai, les manifestants du village de Pyeongsan ont utilisé des mégaphones pour le couvrir de critiques pour ses efforts pour s’engager avec la Corée du Nord, diffusant leurs protestations en direct à des centaines de téléspectateurs.

« Moon est essentiellement un espion travaillant pour la Corée du Nord », a déclaré à l’AFP Choi Jin-bae, un ouvrier du bâtiment à temps partiel de 58 ans, alors qu’il utilisait son téléphone pour diffuser en direct sa manifestation et discuter avec des fans, dont beaucoup envoient lui des dons. .

La petite ville, qui abrite environ 100 personnes, est devenue un symbole involontaire de la division politique amère de la Corée du Sud.

Il est également devenu un rappel des dangers d’occuper de hautes fonctions dans un pays où tous les anciens présidents vivants, à l’exception de Moon, ont jusqu’à présent été emprisonnés après avoir quitté leurs fonctions.

Les manifestations anti-Moon montrent comment les réseaux sociaux transforment l’action politique en Corée du Sud, amplifiant la voix des manifestants et leur permettant de générer des fonds pour soutenir leurs activités.

En tant que président, Moon a défendu l’engagement avec Pyongyang et a rencontré le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain de l’époque, Donald Trump, pour des entretiens.

Leur diplomatie a finalement échoué, le Nord étant désormais plus belliqueux que jamais.

Les tentatives de Moon pour s’engager avec la Corée du Nord ont finalement échoué ©Anthony WALLACE/AFP

Les tentatives de dialogue de Moon ont exaspéré de nombreux faucons de la sécurité, ainsi que des commentateurs d’Internet tels que Choi, qui affirme que Moon a amené la Corée du Sud au bord de « devenir un État communiste ».

READ  The Big Cheese: Comment Afrim Pristine amène la boutique de fromages de Toronto à de nouveaux niveaux gastronomiques

« C’était un président qui travaillait au nom du Nord, pas pour notre intérêt national », a déclaré Choi.

D’autres manifestants à proximité scandaient : « Commie Moon devrait être expulsé vers la Corée du Nord ! » tandis que les haut-parleurs diffusaient des chants militaires anticommunistes.

L’effet YouTube

Les deux principaux partis sud-coréens ont longtemps divergé sur la politique nord-coréenne, le Parti démocrate de Moon soutenant le compromis et le Parti du pouvoir populaire au pouvoir favorisant une ligne plus dure.

Mais, comme c’est le cas dans le monde entier, Internet a transformé ce qui était autrefois une grave différence politique en un débat alimenté par la désinformation pour de nombreux Sud-Coréens.

« C’est l’ère de l’après-vérité, dans laquelle les médias sociaux renforcent le biais de confirmation en permettant aux gens de ne voir que ce qu’ils veulent voir », a déclaré à l’AFP Ryu Woong-jae, professeur de communication médiatique à l’université, depuis Hanyang.

Internet a transformé ce qui était autrefois une grave différence politique en un débat alimenté par la désinformation pour de nombreux Sud-Coréens.
Internet a transformé ce qui était autrefois une grave différence politique en un débat alimenté par la désinformation pour de nombreux Sud-Coréens. ©Anthony WALLACE/AFP

Le manifestant Choi a déclaré qu’il recevait toutes ses nouvelles des chaînes YouTube, les dons de ses abonnés en ligne rapportant environ 200 000 wons (150 $) par mois, aidant à financer ses manifestations.

Un autre manifestant, Ryu Guk-hyun, qui diffuse en direct ses protestations devant la maison de Moon depuis des mois, a déclaré que ses téléspectateurs lui avaient même apporté de la nourriture.

« J’étais tellement reconnaissant d’avoir eu les larmes aux yeux. Ils m’ont encouragé à continuer, alors je dois faire cette manifestation d’un seul homme sérieusement », a déclaré à l’AFP Ryu, qui est au chômage.

READ  Que se passe-t-il lorsque l'Univers augmente la chaleur ?

Il y a eu des manifestations de courte durée devant les résidences de certains politiciens sud-coréens dans le passé.

Ce qui distingue les manifestations de Moon, c’est leur « durabilité grâce au modèle commercial rentable de YouTube », a déclaré Cho Ki-suk, professeur de sciences politiques à l’université Ewha.

« La manifestation qui dure depuis des mois est maintenant devenue un moyen de gagner sa vie pour les campeurs », a ajouté Cho.

Il existe également des chaînes YouTube d’extrême gauche qui ont récemment été accusées d’avoir harcelé l’épouse du président Yoon Suk-yeol, ainsi que le ministre de la Justice en exercice du pays.

« Le président Yoon prendra également sa retraite un jour. Il devrait y avoir une mesure légale pour interdire de tels rassemblements dans son intérêt », a ajouté Cho.

« Type de prison »

Les protestations constantes ont fait des ravages sur les habitants de Moon, qui ont supplié les autorités de les contrôler.

Les protestations constantes ont fait des ravages sur les habitants de Moon, qui ont supplié les autorités de les contrôler.
Les protestations constantes ont fait des ravages sur les habitants de Moon, qui ont supplié les autorités de les contrôler. ©Anthony WALLACE/AFP

Les manifestations avaient lieu à une intersection étroite à 100 mètres (110 yards) de la résidence de Moon, mais après qu’un manifestant a été arrêté en juin après avoir prétendument menacé Moon et sa femme, les autorités leur ont ordonné de rester à 300 mètres de votre maison.

« Je suis désolé pour les habitants d’ici », a déclaré à l’AFP un manifestant du nom de Suh, 59 ans, scandant : « Conduisez la Lune vers le nord ! »

Mais il a dit que la seule façon de mettre fin à sa protestation serait si Moon était expulsé. « Il ne mérite pas de vivre dans ce pays », a-t-elle déclaré.

READ  50 ans de la révolution extraterrestre de Bowie

L’un des voisins de Moon, Seo Hea-young, 65 ans, a déclaré que l’ancien président ne pouvait même pas sortir.

« Si j’étais coincée comme lui, je serais devenue folle », a-t-elle déclaré. « Il n’est pas en prison, mais il vit en fait dans une sorte de prison. »