Publié le:

La France et l’Allemagne ont une « responsabilité particulière » de faire de l’Union européenne une puissance mondiale plus forte lorsque Paris assumera la présidence tournante du bloc, a déclaré vendredi à l’AFP la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock.

Le gouvernement de coalition allemand a déclaré qu’il souhaitait accroître la « souveraineté stratégique » du bloc, car les rivalités entre les puissances mondiales telles que les États-Unis, la Chine et la Russie affectent négativement l’UE.

Le président français Emmanuel Macron envisage depuis longtemps une Union européenne plus forte et a déclaré qu’il visait à la rendre « puissante dans le monde » pendant les six mois de la présidence française du Conseil européen à partir du 1er janvier.

L’Allemagne accueillera également le prochain sommet du G7 en juin en tant que président du groupe des démocraties riches, donnant à l’UE une chance d’établir un leadership diplomatique mondial en 2022.

Les deux pays, « en tant qu’amis les plus proches au cœur de l’Europe, ont une responsabilité particulière pour une Union européenne unie, capable d’agir et tournée vers l’avenir », a déclaré Baerbock.

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz se cognent le poing après avoir tenu une conférence de presse conjointe à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles, en Belgique, le 17 décembre 2021. © John Thys / Pool via Reuters

La présidence française est « une opportunité importante que nous voulons saisir ensemble pour renforcer l’Europe et la préparer à relever les défis de demain », a-t-il ajouté.

« Nos amis français peuvent compter sur notre soutien du premier au dernier pour ouvrir la voie à une reprise économique durable, dans la lutte contre la crise climatique, dans la numérisation et pour une Europe plus souveraine. »

READ  Revenez vers moi avec ce que vous voulez faire, dit Macron aux opposants

Les priorités de la France pour sa présidence du Conseil européen comprennent un salaire minimum à l’échelle du bloc, plus de réglementation sur les géants du numérique et une taxe carbone aux frontières.

(AFP)