L’Allemagne et la France profiteront des règles post-Brexit pour obliger British Airways à devenir une compagnie aérienne indépendante, a déclaré le directeur général de Ryanair.

Michael O’Leary a déclaré que les politiciens et les lobbyistes des deux plus grandes économies de la zone euro « visaient » IAG, le groupe aérien FTSE 100 qui possède BA.

Après une pause de plus d’un an, les responsables bruxellois examinent désormais la manière dont les règles dites de propriété et de contrôle seront appliquées.

Avant le Brexit, les compagnies aériennes opérant au sein de l’UE devaient prouver qu’elles étaient « détenues et contrôlées » par les États membres. Les règles ont été suspendues après que le Royaume-Uni ait quitté le bloc européen, les deux parties acceptant d’entamer des pourparlers sur un nouveau régime post-Brexit.

Le Brexit signifie que les actionnaires britanniques ne sont plus inclus dans le décompte de la propriété de l’UE. Avec un quart de la société mère de BA, IAG, détenue par le Qatar, cela signifie que la compagnie aérienne britannique pourrait enfreindre les règles lorsqu’elles reviendront en vigueur.

Cependant, les règles sont compliquées et sujettes à interprétation. IAG insiste sur le fait qu’elle est déjà conforme en vertu de sa structure de conseil d’administration basée à Madrid.

Les responsables bruxellois ont écrit aux compagnies aériennes avant Noël l’année dernière, leur demandant comment elles respecteraient les règles.

O’Leary a déclaré que la réimposition des règles, initialement prévue pour plus tard ce mois-ci mais probablement retardée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, fournirait à Air France et Lufthansa l’occasion d’affaiblir la position d’IAG, la société FTSE 100 dont les compagnies aériennes Iberia, Aer Lingus et Vueling sont également inclus.

READ  Où ranger toutes vos décorations de Noël ? Le garage en bois est l'endroit idéal

Il a déclaré : « IAG est celui que les Français et les Allemands recherchent vraiment. Il est clair qu’une raclée a lieu au sein de la Commission européenne, les Français et les Allemands demandant la dissolution de l’IAG.

« Les Espagnols essaient de garder le tout ensemble… Mais en général, au niveau européen, tout ce que veulent les Français et les Allemands, ils l’obtiennent.

« Je pense qu’il est inévitable que BA soit contraint de quitter IAG. IAG deviendra un groupe hispano-irlandais ».