L’Agence internationale de l’énergie a reçu un important coup de pouce financier des pays membres pour lui permettre d’intensifier considérablement son travail en faveur de la transition vers une énergie propre dans les économies émergentes.

L’augmentation du financement du programme de transition énergétique propre (CETP) de l’AIE a été annoncée aujourd’hui lors d’un événement spécial en marge de la réunion ministérielle de l’AIE 2022 à Paris, où les ministres des pays membres de l’AIE et au-delà se réunissent pour discuter de la manière d’accélérer l’énergie propre. transitions et renforcer la sécurité énergétique.

Le nouveau flux de financement soutiendra les efforts visant à accroître les investissements dans l’énergie propre dans les économies émergentes et fournira un soutien solide des gouvernements au rôle de l’AIE pour aider la transition du système énergétique mondial vers zéro émission nette.

« Pour résoudre la crise climatique, nous devons prendre des mesures transnationales audacieuses pour assurer un avenir vert et durable », a déclaré le ministre danois du Climat et de l’Énergie, Dan Jørgensen, qui a présidé l’événement CETP aujourd’hui. « Le CETP est le principal véhicule de l’AIE pour conduire un véritable changement mondial et une transition énergétique propre vers zéro émission. À cette fin, je suis ravi que nous soyons autant de partisans et de bailleurs de fonds du programme. »

Depuis sa création en 2017, le CETP a établi une solide coopération en matière d’énergie propre avec les plus grandes économies émergentes du monde, notamment le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et l’Afrique du Sud. S’appuyant sur l’expertise de l’AIE, le CETP fournit une gamme de conseils politiques, de formation et de renforcement des capacités pour aider ces économies à évoluer vers des solutions durables à faibles émissions de carbone tout en garantissant la sécurité énergétique et les opportunités économiques.

READ  L'entraîneur de Bruges Clément remplacera Kovac à la tête de Monaco

« Le monde a besoin d’une augmentation massive des investissements dans les énergies propres, en particulier dans les économies émergentes, pour mettre les émissions sur une trajectoire descendante rapide », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. « Le problème n’est pas une pénurie de capitaux dans le monde, mais de faire en sorte que l’argent atteigne les pays, les secteurs et les projets qui en ont le plus besoin. Le programme de transition vers une énergie propre est un élément essentiel du travail de l’AIE pour aider les économies émergentes à renforcer l’élaboration des politiques et à accroître les investissements dans l’énergie propre. »

Selon l’analyse de l’AIE, les dépenses annuelles en capital consacrées à l’énergie propre dans les économies émergentes et en développement doivent passer de moins de 150 milliards de dollars américains en 2020 à plus de 1 000 milliards de dollars américains en 2030 si le monde veut être sur la bonne voie pour atteindre zéro émission nette en 2050.

Le nouveau flux de financement du CETP de 20 millions d’euros par an proviendra des contributions volontaires de 15 pays membres de l’AIE et de l’Union européenne, qui ont confirmé aujourd’hui leur soutien financier jusqu’en 2030 dans un nouvel engagement conjoint. L’augmentation du financement favorisera le développement par l’AIE de feuilles de route nationales zéro net plus adaptées et réalisables pour les économies émergentes, et renforcera les efforts pour suivre les progrès dans la réduction des émissions du secteur de l’énergie.

Le CETP est financé par l’Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Commission européenne. Parmi eux, la Belgique, l’Irlande, l’Espagne et les États-Unis contribuent pour la première fois au programme dans le cadre du nouvel engagement de financement conjoint annoncé aujourd’hui.

READ  La Chine critique l'ordre américain de traiter les applications chinoises

L’augmentation du financement fait suite à la Conférence sur le changement climatique COP26 à Glasgow, où les pays ont renouvelé leur engagement à mobiliser 100 milliards de dollars de financement climatique par an pour les économies en développement et émergentes. L’un des principaux objectifs du CETP est d’aider les économies émergentes à renforcer leurs cadres politiques et réglementaires afin de mieux attirer les investissements dans les énergies propres dont elles ont besoin pour faire avancer leurs transitions. Le programme s’emploie également à résoudre les problèmes liés à l’innovation et à l’environnement.