La Cour suprême de Norvège entendra une affaire impliquant un chalutier letton dans l’un des plus grands défis récents au contrôle du pays nordique sur les ressources naturelles près de l’archipel arctique du Svalbard.

Le tribunal évaluera à partir de mardi si le chalutier a besoin d’une licence norvégienne pour pêcher le crabe des neiges dans une zone étendue autour Svalbard dans une affaire qui mettra à l’épreuve l’interprétation d’Oslo des eaux territoriales de l’archipel.

Il s’agit d’un cas rare où le point de vue de la Russie est partagé à la fois par l’UE et le Royaume-Uni, tandis que la Norvège est presque la seule à insister sur le fait qu’elle seule a le droit de moyens au sein du plateau continental élargi de l’archipel, y compris des réserves de pétrole et de gaz potentiellement lucratives.

« La Norvège est face à un dilemme », a déclaré Pierre-Olivier Savoie, associé du cabinet d’avocats Savoie Laporte à Paris, qui représente le chalutier letton dans cette affaire et une audience d’arbitrage en cours à la Banque mondiale.

Il a fait valoir que la pression sur la Norvège concernant les eaux territoriales du Svalbard augmenterait probablement, qu’elle gagne ou perde l’appel en cours, qui sera exceptionnellement entendu par une haute cour plénière pendant quatre jours à partir de mardi.

Crabe des neiges : l’UE accorde 20 licences par an pour pêcher ce mets précieux et lucratif © terje Bendiksby/NTB Scanpix/Reuters

La Norvège a offert mardi un nombre record de blocs dans l’Arctique pour l’exploration pétrolière et gazière, soulignant comment Oslo utilise la crise énergétique de l’Europe pour renforcer ses intérêts pétroliers. Les entreprises ont été invitées à soumettre des offres pour 78 blocs dans la mer de Barents, au sud de Svalbard.

Abritant la colonie permanente la plus septentrionale du monde, Svalbard occupe une position géopolitique critique dans l’Arctique, entre le Groenland, le pôle Nord, l’Europe continentale et la Russie.

La souveraineté de la Norvège sur l’archipel est incontestée grâce au traité de Svalbard de 1920. Le traité accorde des droits de pêche, de chasse, d’exploitation minière et d’autres activités commerciales sur terre et dans les « eaux territoriales » à tous les États qui ont signé le traité, qui sont désormais au nombre de 46. , y compris le Royaume-Uni, les États-Unis et de nombreux membres de l’UE. La Russie est la seule à utiliser le traité pour établir des mines à Svalbard et dans une ville, Barentsburg.

La Norvège fait valoir que les « eaux territoriales » ne s’appliquent qu’aux 12 milles marins autour des îles. Mais SIA North Star, la société lettone propriétaire du chalutier qui n’a pas réussi à attraper des crabes des neiges au large de Svalbard en 2017, soutient que le terme s’applique au plateau continental de Svalbard, qui s’étend à 200 milles marins au large des îles.

L’UE, le Royaume-Uni et la Russie estiment que le traité s’applique à une zone beaucoup plus vaste. La victoire donnerait à SIA North Star et à d’autres chalutiers non norvégiens la chance d’attraper du crabe des neiges dans la région étendue.

Carte de localisation montrant le Svalbard, la Norvège, la Lettonie et la Russie

L’argument de la Norvège « n’est pas un argument particulièrement sérieux à mon avis, en droit international », a déclaré Savoie. « Cependant, la question est de savoir si la Cour suprême norvégienne approuvera la position du gouvernement norvégien. »

Le ministère norvégien des Affaires étrangères a déclaré que la signification des eaux territoriales était « sans ambiguïté ». Il a ajouté: « Il n’y a aucune base légale pour revendiquer l’application de l’une quelconque des dispositions du traité de Svalbard qui accordent des droits d’égalité de traitement aux ressortissants étrangers au-delà des eaux territoriales de 12 milles marins de l’archipel. »

L’UE délivre 20 licences par an pour pêcher le crabe des neiges, un mets prisé et lucratif, et la plupart d’entre elles sont actuellement accordées à des entreprises lettones. Le chalutier Senator, exploité par SIA North Star, avait reçu l’autorisation de l’UE, mais pas de la Norvège, de pêcher du crabe des neiges en 2017, et a été condamné à une amende par les autorités norvégiennes. La Cour suprême de Norvège a approuvé cette amende en 2019.

READ  John Lee: l'ancien chef de la sécurité qui a supervisé la répression de Hong Kong nommé nouveau chef | Hong Kong