La Haute Cour irlandaise a autorisé la célèbre star de cinéma française Dany Boon à ajouter plusieurs entités supplémentaires en tant que défendeurs dans une procédure dans laquelle il prétend être victime d’une fraude de plusieurs millions de dollars.

M. Boon affirme que les parties supplémentaires, situées aux Antilles, aux États-Unis, dans la Principauté de Monaco et dans le nord du comté de Dublin, sont toutes liées et contrôlées par la personne qui, selon lui, est à l’origine de la fraude qui aurait été commise à son encontre.

En juillet, les avocats représentant soit Daniel soit Dany Boon ont obtenu une ordonnance de gel de la Haute Cour empêchant Thierry Fialek-Birles, alias Terry Birles, alias Thierry Waterford-Mandeville, et diverses personnes morales qu’il contrôlerait ou dont il est le bénéficiaire final, de réduire son actifs inférieurs à une valeur de 6 millions d’euros.

M. Boon a également obtenu plusieurs ordonnances de divulgation obligeant les défendeurs à lui fournir divers documents, dans le but de déterminer où est allé son argent.

Les nouveaux défendeurs dans l’action sont American Sail & Motor Navigation Inc, Amalgamated Plantations Company Ltd, enregistrée aux États-Unis, qui est enregistrée dans les îles Vierges britanniques, Asia Monao Investments Ltd avec une adresse à Lusk, Co Dublin, Asia Monaco enregistrée en Monaco. et Sail & Motor Navigation Company Limited à Antigua-et-Barbuda.

Désormais rejoints par South Sea Merchant’s Mariners Ltd Partnership (SSMM), Hibernian Petroleum Limited Partnership, United Irish Estates Limited et Hibernian Yachts Company Limited, toutes des entités enregistrées en Irlande, et United Far East Oriental Holdings (Samoa) Ltd, enregistrée à Samoa, en tant que entreprises poursuivies dans le cadre de l’action.

READ  Tour d'horizon des actualités de divertissement : Netflix a-t-il trouvé son lien ? Ryan Gosling joue dans le film d'espionnage "The Grey Man" ; Netflix va acquérir le studio d'animation australien Animal Logic et plus encore

Lorsque l’affaire est revenue devant le juge Brian O’Moore mardi, Rossa Fanning SC de Boon a déclaré qu’à la suite d’enquêtes supplémentaires, son client cherchait à ajouter cinq accusés supplémentaires, tous prétendument liés à Birles qui se trouvent dans plusieurs juridictions différentes. action.

L’avocat a déclaré qu’en plus d’ajouter ces entités, son client recherchait des ordonnances comprenant des ordonnances de gel et des ordonnances de divulgation contre les nouveaux accusés.

L’avocat a ajouté que son client avait également été préoccupé par d’autres informations qu’il avait reçues. L’avocat a déclaré que Birles tentait apparemment de créer une fiducie pour l’accusé dans la nation caribéenne de Saint-Kitts-et-Nevis.

L’avocat a déclaré que sa partie avait récemment pris connaissance d’un plan présumé de saisie d’un voilier basé à Cork, lié à M. Birles, qui faisait l’objet de l’ordonnance de gel.

Ce bateau, a déclaré l’avocat, avait été déplacé par les avocats de M. Boon et la sécurité avait été postée.

L’avocat a déclaré que même s’il semblait initialement que les accusés défendraient l’action, il apparaissait maintenant que les avocats des accusés avaient disparu du dossier et il semblait que la procédure ne serait pas contestée.

Par conséquent, son client allait demander un procès contre tous les accusés devant la Haute Cour.

Cela, a déclaré l’avocat, donnerait à M. Boon des options exécutoires contre les actifs des accusés dans d’autres juridictions.

Le juge O’Moore a émis plusieurs ordonnances autorisant les avocats de M. Boon à signifier aux nouveaux accusés à l’étranger un avis de procédure.

Le juge a également émis des ordonnances de gel temporaire contre les nouveaux accusés, dans des termes similaires aux ordonnances émises contre les autres accusés.

READ  La série Marvel de Netflix sera diffusée sur Disney+ en juin 2022

Le juge a ajourné l’affaire jusqu’à la fin de ce mois.

Boon affirme être victime « d’une fraude systémique et élaborée à dimension internationale ».

Il allègue que l’année dernière, il a avancé de l’argent à des entités liées à M. Birles, qui se serait présenté comme un « lord irlandais d’une ancienne famille » et un avocat compétent en droit maritime.

M. Boon affirme que sur les conseils de M. Birles, en juillet 2021, il a investi 4,5 millions d’euros de son argent via SSMM dans un stratagème avec la Banque centrale d’Irlande, allègue que M. Birles Il a déclaré avoir payé 3,25% en franchise d’impôt intérêt annuel.

Boon a découvert plus tard qu’il n’y avait pas un tel stratagème, et malgré plusieurs demandes, les fonds ne lui ont pas été restitués.

M. Boon affirme également avoir avancé 2,2 millions d’euros supplémentaires, par l’intermédiaire de SSMM, pour couvrir les frais de fonctionnement du yacht, mais il ne sait pas encore quelle part de cette somme a été détournée.

SSMM est l’entité à laquelle M. Birles prétend avoir versé 6,7 millions d’euros à diverses fins, mais allègue que M. Birles l’a utilisé pour l’escroquer.

M. Birles a affirmé avoir vendu sa participation dans cette société à une famille italienne du nom de « Rossi ».

Ceci est contesté et les avocats de Boon disent que la famille Rossi n’existe pas.

En juillet, le juge a accordé à M. Boon une injonction de blocage ou de type Mareva qui empêchait les prévenus de réduire, déplacer ou dissiper l’un quelconque de leurs avoirs en dessous d’une valeur de 6 millions d’euros.

READ  Un meurtrier aveugle est né dans le thriller captivant d'IFC Midnight

L’ordonnance de gel empêche M. Birtles de déplacer un voilier qu’il serait propriétaire appelé « Erin » de son emplacement actuel à Crosshaven dans le comté de Cork.

nouvelles vidéo

Vidéo : Les funérailles commencent pour les victimes de Creeslough ; Attention…

L’ordonnance empêche également les défendeurs de dissiper ou de transférer des fonds qui seraient détenus sur plusieurs comptes bancaires.

L’ordonnance empêche en outre les défendeurs de disposer ou de transférer des biens situés à Strand Street, Youghal, Co Cork, prétendument détenus par M. Birles, qui, selon M. Boon, ont été achetés avec son argent.

M. Birles, un citoyen français d’une trentaine d’années, est accusé d’avoir commis la fraude en utilisant un réseau de sociétés qu’il semble avoir établies en Irlande et dans d’autres juridictions.

Il a intenté une action après que M. Birles ait fait l’objet d’une enquête par une société mandatée par le demandeur, après que ses efforts pour récupérer son argent auprès de SSMM aient été infructueux et après avoir reçu un tuyau sur les activités de M. Birles.