BRUXELLES, 22 nov. (Reuters) – Le groupe de médias de Vivendi (VIV.PA) Le projet de rachat de son rival Lagardère devrait faire l’objet d’une enquête antitrust à grande échelle de l’UE, ont déclaré mardi des personnes proches du dossier.

L’accord proposé combinerait les deux plus grands groupes d’édition français, Hachette de Lagardère et Editis de Vivendi, et a été critiqué par des rivaux dont Gallimard.

Pour résoudre les préoccupations antitrust de l’Union européenne, le principal investisseur de Vivendi, le milliardaire Vincent Bolloré, vendrait la totalité des actions Editis qu’il recevrait après l’opération, qui consisterait en une distribution simultanée des actions de l’unité d’édition aux actionnaires de Vivendi et de son prix.

Cette décision vise à supprimer tous les chevauchements entre Vivendi et Lagardère, a déclaré l’une des personnes.

Il n’était pas impossible que Vivendi puisse formellement proposer des remèdes dans le but d’obtenir l’approbation lors de l’examen préliminaire de l’UE, mais le peu de temps dont disposaient les régulateurs pour faire leur travail pendant cette phase était une contrainte, a déclaré la personne. .

La Commission européenne devrait lancer une enquête approfondie après avoir terminé son examen préliminaire de l’accord le 30 novembre, ont indiqué les sources.

L’autorité de la concurrence de l’UE et Vivendi ont refusé de commenter.

Les actions de Vivendi ont chuté de 2,5 % après l’annonce de l’article de Reuters, mais ont ensuite rebondi.

Bolloré est l’actionnaire majoritaire de Vivendi avec une participation de 29 %. La holding de médias détient déjà 57% de Lagardère après une offre sur la totalité des actions du groupe.

READ  Des délégués thaïlandais participeront à la 75e Assemblée mondiale de la santé en Suisse du 22 au 28 mai

Les actifs de Lagardère comprennent le magazine phare Paris Match, l’hebdomadaire Journal du Dimanche et la radio Europe 1.

Reportage de Foo Yun Chee ; reportage supplémentaire de Mathieu Rosemain à Paris ; Edité par Kirsten Donovan, David Goodman et Alexander Smith

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.