Microsoft devra alors défendre son offre de 68,7 milliards de dollars pour acheter Activision Blizzard contre l’UE, selon un nouveau rapport.

Agence de presse Reuter a indiqué que Microsoft recevrait un avertissement antitrust de la Commission européenne, qui énonce les objections de l’organisation à l’accord.

Ce document devrait être partagé avec Microsoft dans les semaines à venir, avant la date limite du 11 avril de l’UE pour sa décision sur l’accord.

Eurogamer Newscast : à quoi s’attendre en 2023 !

La suggestion selon laquelle Microsoft fera l’objet d’un examen minutieux de la part des régulateurs de l’UE n’est pas une surprise, surtout compte tenu des positions déjà prises par l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) et la Federal Trade Commission (FTC) américaine.

Microsoft est espère offrir des concessions pour garantir l’approbation sûre et opportune de son offre, et en effet, dans l’UE, cet avertissement est la prochaine étape sur cette voie alors qu’un dialogue informel sur ce que ces concessions pourraient être se poursuit dans les coulisses.

L’une de ces concessions était Signalé précédemment comme l’offre d’un contrat de 10 ans avec PlayStation pour garder Call of Duty sur la plate-forme, quelque chose dont Sony prétendait être aussi excité « que Blockbuster l’était à propos de la montée en puissance de Netflix ».

Jusqu’à présent, l’accord avec Microsoft a été approuvé par les régulateurs au Brésil, en Arabie saoudite et en Serbie.

Le propriétaire de la Xbox a précédemment déclaré qu’il s’attend à ce que l’accord soit conclu cette année, bien que de nombreux obstacles subsistent.

Plus tôt ce mois-ci, Microsoft a été contraint de retirer une réclamation que la décision de la FTC de poursuivre l’accord était « inconstitutionnelle ».

READ  Dying Light 2 montre une vidéo de comparaison de console et un gameplay coopératif • Eurogamer.net