La Vuelta a España, une course qui met traditionnellement l’accent sur l’escalade, dévalera les pentes tôt et souvent en 2023, avec 10 arrivées en montagne sur le parcours dévoilées mardi à Barcelone.

La course commence dans la capitale catalane le 26 août et se termine à Madrid le 17 septembre. Entre-temps, il se rend en France et en Andorre et fait irruption dans plusieurs nouvelles promotions.

« La montagne fait partie de l’ADN de la Vuelta et elle continuera de nous passionner en 2023 », a déclaré Javier Guillén, directeur de la Vuelta, lors de la présentation du parcours au Palau de la Música Catalana à Barcelone.

Le champion Remco Evenepoel a déjà annoncé qu’il participerait au Giro d’Italia en début de saison, puis sauterait le Tour de France, ce qui le laisserait frais pour défendre son titre espagnol.

L’année dernière, le jeune Belge a pris la tête du classement général lors de la première arrivée au sommet de la montagne et l’a conservée jusqu’au bout pour sa première victoire sur un circuit majeur.

Cette année, l’escalade commence encore plus tôt.

Après avoir débuté par deux étapes dans et autour de Barcelone, dont un contre-la-montre par équipe, le peloton se dirigera vers les collines le troisième jour avec une première visite à la station de ski d’Arinsal en Andorre.

Le groupe voyage ensuite vers le sud à travers la Catalogne avant que la sixième étape ne les emmène dans une autre station de ski, Javalambre, dans la province de Valence.

La deuxième semaine débutera par un contre-la-montre individuel plat dans les rues de Valladolid. Ensuite, nous retournerons dans les Pyrénées.

READ  Championnats du monde juniors 2021: les États-Unis surprennent le Canada en remportant la cinquième médaille d'or à l'événement

Une treizième étape courte mais désagréable emmènera le peloton sur quatre cols de montagne en France. Ils graviront l’Aubisque et le mythique col du Tourmalet de 17 km, que le Tour de France a parcouru 87 fois.

« Arriver au Tourmalet sera une étape importante dans l’histoire de notre carrière », a déclaré Guillén.

Le lendemain, les coureurs traverseront à nouveau les Pyrénées, gravissant deux cols brutaux avant une autre nouvelle destination de montagne, Porto de Belagua.

Après une deuxième journée de repos, le peloton longera la côte montagneuse du golfe de Gascogne vers les montagnes des Asturies et l’une des redoutables ascensions de la Vuelta, l’Angliru, où les pentes atteignent 23 %.

La dernière chance pour les prétendants de rattraper leur temps viendra sur une avant-dernière étape montagneuse. Ce sera la plus longue de la course, avec 208,4 km, et bien qu’aucune des ascensions ne dépasse la troisième catégorie en difficulté, elles sont au nombre de 10.

La course rejoint ensuite Madrid pour la traditionnelle arrivée.

gr-pve/hpa/pb/iwd