Pour la première fois depuis 140 ans, la commune de Mouthe, reconnue officiellement comme la plus froide de France, a enregistré un mois d’octobre sans gel.

Un automne doux est une preuve supplémentaire de la réalité de la crise climatique, selon les prévisionnistes.

Entre 930 et 1450 m d’altitude dans les montagnes du Jura, Mouthe a obtenu le label de village le plus froid de France après avoir enregistré la température la plus basse du pays le 13 janvier 1968, lorsque le thermomètre est descendu à -36,7°C.

Des relevés locaux, non vérifiés par l’autorité météorologique française, suggèrent qu’en janvier 1985 la température a encore chuté à -41°C.

Dans le passé, Mouthe a enregistré jusqu’à 28 jours de gel en octobre.

François Jobard de l’Office Français de la Météorologie Météo Franceil a déclaré que le mois d’octobre sans gel à Mouthe et les températures exceptionnellement chaudes enregistrées dans la ville de Besançon, à 60 miles au nord, étaient une preuve supplémentaire du changement climatique.

Il a ajouté que le temps dans la région dans la seconde moitié d’octobre était plus chaud que la moyenne des deux dernières semaines d’août dans les années 1970.

« Dès le début des mesures de décembre 1884 à Besançon. La deuxième moitié d’octobre 2022 semble être une erreur, bien au-dessus de tout ce qui a été observé… En 2022, nous avons changé de braquet », Jobard tweeté.

Le climat de Mouthe, dans l’est de la France, à environ 5 km de la frontière franco-suisse, est dicté par sa situation géographique particulière, nichée dans une brèche où le vent froid stagne entre deux massifs montagneux.

READ  La Suisse et la Turquie signent un accord sur les biens culturels

« Le froid sibérien qui s’installe régulièrement ici en hiver s’explique par le fait que la région Est de la France est marquée par un climat continental qui annule les influences océaniques en cas d’anticyclone. L’après-midi, le Val de Mouthe, qui n’est ni très escarpé ni très boisé, n’évacue pas le froid. Le microclimat particulier de la tourbière accentue la baisse de température », a déclaré un porte-parole de la mairie.

Cet été a été le deuxième plus chaud de France après 2003 ; les températures en septembre ont atteint un record de 40 ° C dans certaines régions du pays. Ce mois d’octobre aurait été globalement le plus chaud depuis le début des enregistrements.