Ankara affirme que les commentaires faits dans un rapport sur l’élection de dimanche par des observateurs européens sont « politiquement chargés et accusateurs ».

Le ministère turc des Affaires étrangères a critiqué les déclarations de « manque de transparence » faites par une mission d’observation internationale surveillant les élections de dimanche dans le pays.

Ces propos ont été publiés lundi lors d’une conférence de presse dans la capitale Ankara par une mission d’observation conjointe du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE, de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE (AP OSCE) et du membre de l’Assemblée du Conseil de l’Europe. . (PASSÉ).

« Je regrette de constater que le travail de l’administration électorale a manqué de transparence, ainsi que la partialité écrasante des médias publics et les limites à la liberté d’expression », a déclaré l’ambassadeur Jan Petersen, chef de la mission d’observation électorale du BIDDH.

« Le processus de traitement des plaintes à tous les niveaux de l’administration électorale manquait de transparence et les décisions du Conseil électoral suprême qui étaient publiées n’étaient généralement pas suffisamment motivées », indique le rapport.

Mercredi, le ministère turc des Affaires étrangères a qualifié les propos de « politiquement chargés et accusateurs ».

« Les déclarations contenues dans le rapport vont au-delà du processus électoral et sont incompatibles avec les principes d’observation indépendante et impartiale », a déclaré le ministère.

« Il ne faut pas oublier que l’analyse politique et les commentaires partiaux nuiront à la crédibilité des missions d’observation électorale de l’OSCE. »

En plus du commentaire sur le manque de transparence, les observateurs ont déclaré que la couverture biaisée des élections par les médias d’État était préoccupante.

La délégation de l’OSCE a déclaré que le parti politique du président Recep Tayyip Erdogan et ses alliés jouissaient d’un avantage sur les partis d’opposition qui avaient fait face à des conditions de campagne déséquilibrées.

Petersen a déclaré que l’élection générale s’était « pour l’essentiel pacifique » malgré une série d’incidents et que le Haut Conseil électoral du pays (YSK) avait travaillé efficacement.

La délégation a également salué le taux de participation élevé, déclarant qu’il s’agissait d’un indicateur clair d’un « fort esprit démocratique ».

Le YSK a confirmé un second tour le 28 mai entre Erdogan et son rival Kemal Kilicdaroglu, après qu’aucun des candidats n’ait atteint le seuil de 50 % nécessaire pour remporter la course présidentielle.

Erdogan a obtenu 49,5 % des voix devant les 44,96 % de Kilicdaroglu.

Lors du vote parlementaire, Cumhur İttifakı (Alliance populaire), y compris le parti Adalet ve Kalkınma (Parti de la justice et du développement) d’Erdogan, a obtenu une majorité parlementaire, selon des résultats non officiels.