Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar à bord d’un F-16 de l’armée turque. – / AP / SIPA

L’armée turc dimanche, il a commencé ses manœuvres annuelles dans la République turque de
Chypre del Norte, entité reconnue uniquement par Ankara, dans un contexte de fortes tensions avec la Grèce en Méditerranée orientale.

Turquie et Grèce, tous deux membres de l’Otan, ont été déchirés par des gisements d’hydrocarbures dans l’est de la Méditerranée, depuis que la Turquie y a envoyé un navire de prospection sismique le 10 août accompagné de navires de guerre. Samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé la Grèce lors d’un discours télévisé: “Ils comprendront, soit par le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain par des expériences amères”.

Opération «Tempête méditerranéenne»

L’OTAN a annoncé cette semaine que les dirigeants grecs et turcs avaient accepté d’entamer des “discussions techniques” pour éviter tout nouvel incident entre leurs marines respectives. Mais la Grèce a par la suite nié être disposée à participer aux discussions, faisant pression sur la Turquie pour qu’elle accuse Athènes de refuser le dialogue.

Dans ce contexte de fortes tensions, l’armée turque a lancé dimanche la “tempête méditerranéenne”, manœuvres menées en collaboration avec les forces de sécurité du nord de Chypre, a écrit sur Twitter le vice-président turc Fuat Oktay. “Les impératifs sécuritaires de notre pays et de la RTCN (République turque de Chypre du Nord) sont incontournables”, selon Fuat Oktay.

Le ministère turc de la Défense a tweeté que les exercices, prévus jusqu’à jeudi, étaient “un succès”. L’île de Chypre est divisée en deux: au sud, la République de Chypre, un État membre de l’Union européenne, et la RTCN au nord.

La Turquie a installé des dizaines de milliers de soldats dans le nord de l’île depuis son invasion en 1974, qui faisait suite à un coup d’État dirigé par la dictature militaire grecque alors au pouvoir à Athènes.

READ  L '«Accord d'Abraham», un rapprochement historique entre Israël et les Émirats arabes unis