PARIS: Deux des hommes d’affaires les plus riches de France sont proches d’un accord sur les médias et la maison d’édition Lagardère qui arrêterait leurs tentatives de sélection de leurs actifs pendant plusieurs années, ont indiqué dimanche trois sources proches des discussions.
Vincent Bolloré, principal actionnaire de Lagardère au travers de son groupe Vivendi, et le magnat du luxe Bernard Arnault, également investisseur à Lagardère, sont au centre d’une bagarre autour de la firme et de ses médias influents depuis des mois.
La saga a paralysé les cercles politiques traditionnels en France un an avant les élections présidentielles, et certains, du côté du président Emmanuel Macron, craignent que Bolloré ne saisisse des actifs comme la radio Europa 1 de Lagardere et construise une puissante aile qui irait à l’encontre de leur campagne. .
Les trois sources proches des pourparlers ont déclaré que Bolloré, le directeur général de LVMH Arnault et le directeur général de Lagardère Arnaud Lagardère sont en train de finaliser un accord qui comprendrait un pacte de cinq ans pour ne pas démanteler l’entreprise.
Les détails de l’accord et des alliances d’actionnaires, ainsi que ce qui arriverait à certains actifs de Lagardère, tels qu’Europe 1 et le Journal du Dimanche (JDD), n’ont pas encore été finalisés, ont ajouté les gens.
Ils ont averti que l’accord n’avait pas encore été signé et que les pourparlers pourraient s’achever à la dernière minute.
Lagardère doit tenir une réunion du conseil d’administration lundi, ont indiqué les sources.
Arnaud Lagardère, qui dirige la société endettée fondée par son défunt père, serait prêt à abandonner une structure de «commandement» obscure dans le cadre de l’opération, ont ajouté les trois sources.
Cette configuration lui a donné un droit de veto sur de nombreuses décisions clés bien qu’il ne détienne que 7% des actions, et avait été une pierre d’achoppement majeure à toute tentative de prise de contrôle de la société.
La « commandite » a fait l’objet de critiques de la part du hedge fund Amber Capital, qui a lancé une campagne militante contre la direction de Lagardère sur sa gouvernance.
Vivendi détient 27% de Lagardère, devant Amber avec 20% et le fonds souverain qatari avec 13%, tandis que Bernard Arnault en détient un peu moins de 8% et a également investi dans la holding personnelle d’Arnaud Lagardère.
«Cet accord aiderait à clarifier le problème de gouvernance. Avant, il y avait deux couches, maintenant il n’y en aurait plus qu’une », a déclaré l’une des personnes proches des conversations.
Cependant, on ne sait pas encore comment le pacte peut être consolidé pour éviter les offres publiques d’achat sur Lagardere, y compris Vivendi, et s’il y aura des clauses d’opt-out. Des sources ont précédemment déclaré qu’Amber et les Qataris étaient impatients de se vendre à terme.
Sur la base de l’accord en cours de discussion, Bolloré pourrait être un grand gagnant. Vivendi pourrait obtenir trois sièges au conseil d’administration de Lagardere, a déclaré l’une des sources.
Arnaud Lagardère pourrait diriger l’entreprise pendant cinq ans, selon les trois sources. Le journal Les Echos a rapporté samedi que sa participation pourrait également être portée à 14%.
Bernard Arnault avait hâte d’acheter le journal JDD ou le magazine Paris Match, ont précédemment déclaré des sources à Reuters.
La trêve remplirait au moins l’un des objectifs du milliardaire, qui avait été d’aider Arnaud Lagardère à maintenir sa position au sommet et à empêcher une rupture totale du groupe, a déclaré une autre source proche des pourparlers.
L’investissement d’Arnault a été rentable jusqu’à présent, a déclaré cette deuxième source.

READ  Biden dit que la hausse des impôts sur les sociétés ne nuira pas à l'économie américaine.