Un berger recherche des loups prédateurs dans les Alpes suisses. Pierre angulaire / Arno Balzarini

L’État suisse dépense environ 500 000 francs suisses (506 000 $) par an pour surveiller la population croissante de loups dans le pays alpin.

Ce contenu a été publié le 27 septembre 2022 – 09:39

swissinfo.ch/mga

L’argent fait partie d’un financement annuel de 1,1 million de francs qui est utilisé pour surveiller tous les grands carnivores en Suisse, y compris le lynx et l’ours.

Les fonds sont répartis entre la Fondation Carnivore, Ecologie et Gestion de la faune (Kora) et le Laboratoire de biologie de la conservation de l’Université de Lausanne, a indiqué le gouvernement en réponse à une question parlementaire.

Il y a actuellement 20 meutes de loups en Suisse avec un total d’environ 150 loups. Au cours des trois prochaines années, la population pourrait atteindre au moins 350 loups répartis en 50 meutes, selon Kora.

Cela pourrait augmenter les frictions entre les loups et les humains, en particulier les agriculteurs alpins qui regardent les prédateurs tuer le bétail.

Les cantons situés dans les régions alpines ont récemment demandé davantage de fonds publicslien externe désigné pour résoudre ce problème.

Dans les cantons du Valais, des Grisons, de Glaris, du Tessin et d’Uri, les loups ont déjà tué au total 1000 ovins et bovins en 2022.

Il y a deux ans, les électeurs ont opposé leur veto à une décision parlementaire visant à assouplir les restrictions sur la chasse au loup en Suisse. Selon la loi actuelle, le loup est une espèce protégée et ne peut être abattu que s’il tue d’abord un certain nombre de têtes de bétail.

Conforme aux normes JTI

Conforme aux normes JTI

En savoir plus: SWI swissinfo.ch certifié par la Journalism Trust Initiative

READ  La police française se précipite vers un `` canular d'otage '' dans des scènes dramatiques près de Paris