Genève: la Suisse vote dimanche l’interdiction de se couvrir le visage dans les lieux publics, même si les femmes portant le voile islamique intégral sont exceptionnellement rares dans les rues suisses.

Les sondages indiquent qu’une petite majorité soutient la mesure, dans un vote qui intervient après des années de débat suite à des interdictions similaires dans d’autres pays européens et dans certains États à majorité musulmane.

Les Suisses votent sur la proposition publiquement promue « Oui à l’interdiction du masque intégral ».

Il ne mentionne ni la burqa ni le niqab, qui laisse les yeux découverts, mais il ne fait aucun doute sur quoi porte le débat.

Affiches de campagne disant « Arrêtez l’islam radical! » et « Stop Extremism! », mettant en vedette une femme vêtue d’un niqab noir, se sont répandus dans les villes suisses.

Des affiches rivales disaient: « Non à une loi » anti-burqa « absurde, inutile et islamophobe. »

L’interdiction signifierait que personne ne serait en mesure de se couvrir entièrement le visage en public, que ce soit dans les magasins ou en plein air.

Il y aurait des exceptions, même pour les lieux de culte.

« C’est une question de civilisation. Les hommes et les femmes libres sont présentés le visage découvert », a déclaré le porte-parole de la campagne Yes, Jean-Luc Addor, du Parti populaire suisse (SVP) populiste de droite.

« C’est une forme extrême d’islam », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Heureusement, il n’y a pas beaucoup » de femmes qui portent des burqas en Suisse, a-t-il reconnu, tout en soulignant que « lorsqu’il y a un problème, on le règle avant qu’il ne devienne incontrôlable.