Rabat – La Suisse va de l’avant pour interdire aux femmes musulmanes de porter une burqa ou un niqab (couvrant le visage) dans les espaces publics.

Un référendum officiel dans le pays montre que 51,2% des électeurs suisses sont contre l’utilisation de la burqa dans les espaces publics contre 48,8%.

La Suisse n’autorisera les femmes à porter des burqas que dans les lieux de prière et pour les «coutumes indigènes», y compris le carnaval, a rapporté The Guardian.

Le Parti populaire suisse (SVP) de droite a lancé la proposition d’interdire la burqa dans les espaces publics.

Le parti a également lancé une campagne, faisant la promotion d’affiches montrant une femme en niqab noir et de légendes appelant à la fin de «l’extrémisme» et de «l’islam radical».

Sous le choc, les communautés musulmanes de Suisse ont condamné la campagne contre l’interdiction et ont qualifié le dimanche de “jour noir” pour les musulmans.

Le Conseil central islamique de Suisse a déclaré que le vote “montrait que l’islamophobie avait augmenté en Suisse depuis l’interdiction des minarets en 2009.”

Le conseil aussi décrit jour de vote comme «jour sombre» pour les musulmans.

Les citoyens suisses ont voté sur la proposition d’interdire la construction de minarets lorsque l’UDC a affirmé que le bâtiment était un signe d’islamisation.

«La décision d’aujourd’hui ouvre de vieilles blessures, élargit encore le principe de l’inégalité juridique et envoie un signal clair d’exclusion à la minorité musulmane. Le résultat n’est pas surprenant. Aussi crédible et compétent que le Conseil fédéral a mené la campagne référendaire, il a négligé le phénomène de «radicalisation de l’islamophobie» dans la société », a déclaré le conseil. argument.

READ  [MàJ] PS5 - Une ouverture imminente des précommandes? - Informations

Le collectif Foulards Violet (Purple Scarfs) a également commenté la décision d’interdire la burqa.

Le collectif a déclaré que sa campagne contre l’interdiction de la burqa était victorieux malgré le résultat du vote.

Le collectif a également exprimé son engagement à continuer de lutter pour les droits des femmes et de promouvoir le féminisme contre le sexisme et le racisme en Suisse.

Un rapport 2017 sur l’islamophobie voisé préoccupations concernant les défis auxquels sont confrontés les musulmans dans les pays européens dans presque tous les endroits où ils vont, y compris l’université et les lieux de travail.

«La montée de l’islamophobie reflète et renforce la normalisation du discours d’extrême droite à travers le spectre politique en Europe. En quelques mois, les partis néo-fascistes sont entrés au Bundestag allemand, ont accédé aux ministères stratégiques en Autriche et ont enregistré des résultats historiques aux élections françaises, néerlandaises et italiennes », indique le rapport.

Un autre rapport HopeNotHate a déclaré en février que plus d’un Européen sur trois avait des opinions négatives sur les musulmans.

Outre la Suisse, plusieurs pays européens ont imposé des lois pour criminaliser l’utilisation de la burqa dans les espaces publics, dont la France, la Belgique et l’Autriche.