Les responsables suisses disent qu’ils visent à renforcer les règles visant la Russie, mais ils décident toujours de mesures concrètes et ne gèleront pas immédiatement les actifs des riches oligarques dans les banques suisses, ce qui pourrait leur permettre de déplacer des fonds ailleurs.

« Aujourd’hui est un jour triste, comme nous n’en avons pas vu depuis longtemps, un jour comme nous ne voulions plus jamais le revoir. » Le président Ignazio Cassis a déclaré dans un conférence de presse Jeudi de l’invasion russe de l’Ukraine. « Avec son intervention militaire, la Russie a massivement violé le droit international », Cassis a ajouté, mais a également déclaré à propos de la position neutre de son pays : « La neutralité ne signifie pas l’indifférence ».

Cassis a déclaré que son pays étendrait un programme mis en place en 2014 lorsque la Russie a annexé la Crimée : dans le cadre de ces mesures, la Suisse a imposé des obligations de déclaration aux personnes figurant sur la liste des sanctions de l’UE afin de les empêcher d’utiliser son territoire pour contourner les sanctions. Cependant, cela signifie qu’ils pourraient, et peuvent toujours, accéder à vos comptes bancaires suisses et retirer de l’argent.

Désormais, les 363 personnes sanctionnées par l’UE mercredi seront ajoutées à cette liste et répondront aux mêmes exigences de déclaration que celles sanctionnées en 2014, a déclaré le secrétaire d’État suisse Erwin Bollinger lors de la conférence de presse.

La Suisse envisage de durcir ces mesures, qui pourraient inclure le gel des avoirs des personnes, mais aucune décision n’a encore été prise, selon Bollinger. Au lieu de cela, la Suisse pourrait également décider d’empêcher simplement que de l’argent frais soit déposé sur des comptes ou d’imposer des exigences de déclaration supplémentaires.

READ  De quoi l'Irlande du Nord a-t-elle besoin pour atteindre les finales ou les barrages de la Coupe du monde? Tout ce que vous devez savoir sur la qualification

Les mesures doivent encore être approuvées par le Conseil fédéral suisse, ce qui devrait prendre au moins plusieurs jours.

Lorsqu’on lui a demandé si l’approche du gouvernement pourrait permettre aux oligarques russes de déplacer leurs fonds ailleurs, Bollinger a déclaré qu’il est normal que de nouvelles mesures prennent du temps à mettre en œuvre.

Le gouvernement souhaite également renforcer plus largement certaines sanctions dans le secteur financier, a déclaré Bollinger, mais n’a pas précisé quelles mesures.

Les représentants du gouvernement n’ont pas non plus indiqué s’ils prévoyaient de soutenir des sanctions supplémentaires dont les dirigeants européens discuteront plus tard jeudi, arguant que la loi suisse prescrit que le pays ne peut soutenir que les sanctions qui ont été officiellement publiées.

Interrogé sur l’intention de la Suisse de jouer un rôle de médiateur dans le conflit, un porte-parole s’est refusé à tout commentaire. « Nous ne pouvons pas encore commenter cela », a déclaré le porte-parole des affaires étrangères Michael Steiner à POLITICO.

« En principe, la Suisse est toujours prête à offrir nos services, même dans ce cas, mais je ne peux pas commenter cette question spécifique », a-t-il déclaré.