Des responsables suisses ont ouvert une enquête sur le gouverneur de la banque centrale du Liban sur des allégations de blanchiment d’argent.

Riad Salameh, 70 ans, fait l’objet d’une enquête pour “détournement de fonds” et “blanchiment d’argent aggravé” de la banque centrale libanaise, le Temps financiers signalé.

L’enquête a été ouverte à la demande du gouvernement libanais, qui enquête sur des informations selon lesquelles des milliards de dollars ont quitté le Liban malgré l’interdiction des transferts étrangers, selon Associated Press (AP).

L’enquête se concentrera sur les transferts à l’étranger effectués par le gouverneur et ses proches collaborateurs, mais les autorités suisses n’ont pas encore confirmé si Salameh fait spécifiquement l’objet d’une enquête.

Salameh a déclaré que les accusations selon lesquelles de l’argent avait été transféré à l’étranger, “soit en son nom, celui de son frère ou celui de son assistant” étaient des “fausses nouvelles”, dans un communiqué publié par la Banque centrale.

La déclaration a été publiée après que le ministre libanais de la Justice a déclaré que les autorités judiciaires suisses avaient demandé la coopération dans l’enquête.

La ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, a confirmé qu’elle avait soumis une demande au procureur de coopérer à l’enquête, selon Reuters.

LIS: Le patriarche libanais dit au président et au premier ministre désigné en conflit de se réconcilier

Salameh avait déjà été accusé de petits délits financiers dans un rapport du Projet de signalement du crime organisé et de la corruption (OCCRP) et de son partenaire libanais Daraj, en août de l’année dernière.

Le rapport affirme que Salameh et sa famille possèdent 100 millions de dollars d’actifs dans le monde, y compris des biens immobiliers en Allemagne, en Belgique et au Royaume-Uni, et ont utilisé diverses sociétés écrans à l’étranger pour accumuler des richesses de manière illégitime.

READ  Décès de Charles-Henri Flammarion, héritier de la maison d'édition

Salameh a récemment été critiqué pour sa gestion de la crise financière au Liban, qui a fait perdre plus de 80% de sa valeur à la monnaie du pays, la livre libanaise.

Le gouvernement a fait défaut sur une dette Eurobond de 1,2 million de dollars en mars et a entamé des pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) pour obtenir un plan de sauvetage, mais les négociations sont au point mort.

Dans un effort pour endiguer l’effondrement économique du Liban, les banques ont imposé des contrôles stricts des capitaux, limitant les titulaires de comptes à retirer aussi peu que 100 dollars par semaine et interdisant les transferts à l’étranger.

Cependant, pendant le chaos, des rapports ont révélé que les riches Libanais, y compris les propriétaires de banques et les représentants du gouvernement, étaient toujours en mesure de transférer des capitaux à l’étranger.

En février 2020, journal local Al-akhbar ont rapporté que cinq propriétaires de banques avaient transféré 2,3 milliards de dollars à l’étranger depuis octobre précédent.

Le Premier ministre par intérim Hassan Diab a blâmé Salameh pour les multiples crises, mais Salameh a défendu à plusieurs reprises son rôle.

LIS: Le Liban signe un accord final pour 2,1 millions de doses de vaccin Pfizer-BioNTech