Les autorités suisses ont décidé de rejeter la demande de citoyenneté d’un citoyen français après qu’il a été reconnu coupable d’avoir conduit à deux fois la limite de vitesse autorisée.

La décision de rejeter la demande de citoyenneté du citoyen français, qui vit en Suisse depuis près de quatre décennies et possède des cliniques et des hôtels de luxe, a été prise par l’administration fédérale suisse, SchengenVisaInfo.com rapports.

Swiss Info explique que le prévenu était considéré comme bien intégré et financièrement stable, avec une fortune de plusieurs millions de francs.

Cependant, après avoir été surpris en train de conduire à 80 km/h dans une zone où la vitesse est limitée à 40 km/h en 2017, les autorités ont décidé de rejeter sa demande de naturalisation, déposée en 2018.

La même source explique en outre que le parquet de Genève a infligé une peine et une amende au citoyen français en juillet 2017.

Compte tenu de l’infraction commise par le ressortissant français, le Tribunal administratif fédéral suisse a jugé qu’une personne ayant un casier judiciaire ne peut prétendre à une « intégration réussie ». En outre, le tribunal a ajouté que la citoyenneté ne peut être accordée avant l’expiration de la mesure probatoire, a souligné Swiss Info.

Cela signifie que le citoyen français pourra bientôt déposer une nouvelle demande de nationalité.

Les citoyens d’autres pays peuvent obtenir la nationalité suisse s’ils remplissent certaines conditions. Il existe deux principaux moyens par lesquels un étranger peut obtenir la citoyenneté et ce sont la naturalisation simplifiée et la naturalisation ordinaire.

READ  «Ce n'est pas mon travail»: la révolte d'un propriétaire de café contre les règles du pass santé en France

La naturalisation simplifiée ne s’applique qu’à plusieurs catégories de personnes et la décision est plus rapide puisqu’elle est prise par le gouvernement fédéral.

En revanche, la naturalisation ordinaire est une démarche plus complexe puisqu’elle doit passer par les autorités cantonales, communales et fédérales du pays.

La règle générale pour la naturalisation ordinaire est qu’une personne doit prouver qu’elle réside en Suisse depuis dix ans et qu’elle dispose d’un permis de séjour permanent.

En plus de ce qui précède, ceux qui demandent la naturalisation doivent également prouver qu’ils ont réussi leur intégration dans la société et qu’ils connaissent les coutumes. En outre, les candidats à la naturalisation ne doivent pas non plus constituer un risque pour la sécurité du pays.

Si la plupart des mesures sont mentionnées ci-dessus, les procédures, ainsi que les exigences, peuvent varier d’un canton à l’autre. Pour cette raison, il est recommandé à chacun de consulter la réglementation de son canton lors du dépôt d’une demande.

>> 39% de la population suisse avait un passé migratoire en 2021