La Suisse sera désormais traitée comme un pays tiers non associé dans les principaux programmes de financement de la recherche de l’UE, dont Horizon Europe. La décision de la Commission européenne intervient dans une période de relations instables entre l’UE et la Suisse et pourrait avoir des conséquences préjudiciables pour l’enquête suisse.

Bien qu’elle ne soit pas membre de l’UE, la Suisse a déjà participé à des programmes européens de financement de la recherche en tant que pays partenaire, offrant des opportunités similaires aux membres de l’UE. Mais les tensions politiques entre la commission et le gouvernement suisse ont conduit à la rétrogradation du statut du pays au programme Horizon Europe de 95,5 milliards d’euros (82,3 milliards de livres sterling).

Le statut de pays tiers limitera considérablement le degré de participation des chercheurs suisses aux projets financés par Horizon Europe. en un Questions et réponses publié en ligne, le département de la recherche et de l’innovation du gouvernement suisse (Seri) a reconnu que la perte du statut d’associé signifierait que les chercheurs suisses ne seraient plus en mesure de diriger des projets de recherche financés par l’UE, notant que « les participants de pays tiers ne peuvent pas coordonner un projet , car le coordinateur d’un projet doit signer la convention de subvention.

Série aussi Etat que la Suisse sera également traitée comme un pays tiers dans les programmes partenaires de l’UE Euratom et Digital Europe et qu’elle n’est plus considérée comme un contributeur à Iter, le plus grand projet de recherche sur la fusion nucléaire au monde.

READ  Le fils de Joe Biden fait l'objet d'une enquête sur sa situation fiscale

Christian leumann, un chimiste bio-organique qui est l’actuel recteur de l’Université de Berne, qualifie la situation de “vraiment triste”. «Il a été très important pour le système suisse d’enseignement supérieur d’être intégré à l’ensemble du paysage européen de la recherche», déclare-t-il. “C’est le plus grand consortium de recherche au monde à la fin de la journée.”

Leumann s’inquiète des dommages que l’exclusion d’Horizon Europe aura sur la réputation de la Suisse en tant que destination de choix pour les scientifiques, notant que les bénéficiaires des bourses du Conseil européen de la recherche et des bourses Marie Skłodowska-Curie ne pourront pas apporter leurs fonds avec eux. s’ils sont contractés par des institutions suisses. « Pourquoi devriez-vous venir en Suisse si vous ne pouvez pas venir ici avec votre propre bourse prestigieuse ? » dit-il. « Même pour les jeunes professeurs, qui souhaite s’installer en Suisse si vous ne pouvez pas apporter votre bourse et sera essentiellement exclu de ces outils de recherche fondamentale ?

Stabilité recherchée

Les organisations scientifiques suisses ont exprimé leur inquiétude quant aux conséquences de la perte du statut d’associé pour les chercheurs du pays. «Comme l’économie, la science suisse a également besoin d’un cadre juridique stable et d’une intégration dans des réseaux internationaux pour réussir», déclare Christophe Giovannini du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). “C’est pourquoi le FNS soutient une association complète et opportune de la Suisse au nouveau programme-cadre Horizon Europe.”

Giovannini souligne que l’échelle d’Horizon Europe permet des projets de recherche « qu’aucun pays européen ne pourrait mettre en œuvre seul ». Il ajoute que toute alternative “entraînerait des coûts plus élevés et de nombreuses années de travail de développement pour la Suisse” et que les mesures nationales “ne peuvent remplacer complètement tous les aspects du programme-cadre de l’UE”.

READ  Didier Deschamps contre France-Portugal: "On ne peut rien changer" - Foot - L. Nations - France-Portugal

Le mois dernier, le Conseil suisse de la science a produit un lettre ouverte – signé conjointement par les conseils de recherche de toute l’Europe – avertissant que la rétrogradation de la Suisse dans un pays tiers serait synonyme de situation gagnant-perdant, compromettant une coopération réussie dans des domaines stratégiques et compromettant finalement la [European research area] comme un tout’.

Le gouvernement suisse affirme qu’il entend toujours demander le statut d’associé dans les programmes de recherche européens et affirme que sa position “peut être modifiée à tout moment”. Mais Leumann prévient que toute période d’exclusion pourrait avoir des conséquences préjudiciables à long terme pour l’enquête suisse. Il rappelle l’expérience précédente, lorsque le statut de la Suisse a été temporairement dégradé en 2014 lors d’un différend avec l’UE sur les règles d’immigration.

« Même quatre ou cinq ans plus tard, nous ne nous étions pas complètement remis du fait que nous avions, pendant une courte période, été exclus de ces programmes », explique Leumann. « Vous ne pouvez pas faire de la science du climat si vous ne le faites pas dans des consortiums de recherche plus importants. Vous ne pouvez pas faire de sorcier si vous n’êtes pas ensemble dans de grands consortiums. Même la biomédecine : prenez le Covid-19, ce virus ne s’arrête pas aux frontières des pays, nous devons donc lutter ensemble. Ces coopérations sont nécessaires et nous avons appris qu’il n’est pas facile d’y retourner.’

« Si nous sommes expulsés une deuxième fois maintenant, je comprends que les gens en Europe diront :« Hé, ces types sont-ils dignes de confiance ici en Suisse ? En prenons-nous un lors d’une émission commune? Est-il sûr de les avoir à bord ? “Donc mon avis est que la deuxième fois, ce sera encore plus difficile de revenir à la normale.”

READ  Macron promet des décisions vendredi pour "donner de la visibilité dans les semaines à venir"