La Suisse organisera un référendum le 7 mars sur l’interdiction des masques complets comme les burqas et les niqabs.

Dans le système suisse de démocratie directe, toute proposition de modification de la constitution est soumise au vote populaire si les partisans obtiennent plus de 100 000 signatures.

Les cantons suisses de Saint-Gall et du Tessin ont déjà interdit les couvertures intégrales dans les votes régionaux, mais le gouvernement suisse a déclaré que procéder à une interdiction constitutionnelle au niveau national était une mauvaise idée et nuirait au tourisme.

“Très peu de personnes en Suisse portent un masque intégral”, a déclaré le gouvernement dans un communiqué. «Une interdiction nationale porterait atteinte à la souveraineté des cantons, nuirait au tourisme et serait inutile pour certains groupes de femmes».

La plupart des femmes qui portent des couvertures complètes sont des touristes et ne passent que peu de temps dans le pays, a ajouté le communiqué.

Le groupe à l’origine de la proposition, le “Egerkinger Komitee” qui comprend des membres du Parti populaire suisse (SVP) de droite, était également à l’origine de la mesure de 2009 visant à interdire les minarets, approuvée par près de 60% des électeurs.

Les partisans de la proposition de 2009 considéraient les minarets comme étrangers aux traditions et aux valeurs suisses.

Les musulmans ne représentent qu’environ 5% des 8,6 millions d’habitants de la Suisse, selon les statistiques officielles.

Le Conseil central islamique de Suisse a déclaré qu’il y avait eu une pénétration lente mais régulière de l’islamophobie au centre de la société suisse ces dernières années. Il a lancé une campagne pour contrer la propagande en faveur de l’interdiction, en utilisant les plateformes de médias sociaux et les médias établis.

READ  amende de 11000 euros en cas de non-respect de la quarantaine

Le Conseil central islamique de Suisse a déclaré: «La campagne servira à réfuter les justifications des défenseurs de l’interdiction, qui sont qu’elle est indispensable pour la lutte contre le terrorisme, ainsi que pour l’égalité et l’émancipation des femmes. Mais plus important encore, notre campagne exposera qu’une interdiction du niqab violerait fondamentalement la liberté de religion, qui consiste à “ manifester une religion ou une croyance, dans le culte, l’enseignement, la pratique et l’observance ”, y compris le port de vêtements distinctifs, comme couvrir votre tête.

“Une interdiction, au lieu de protéger les droits des femmes musulmanes voilées, pourrait conduire à l’autodestruction du niqabis suisse, empêchant leur accès aux services publics et à l’éducation.”

Ajoutez vos commentaires ci-dessous