Le président suisse Ignazio Cassis s’adresse à une conférence de presse après une réunion du Bundesrat du gouvernement suisse à Berne, Suisse, le 24 février 2022. REUTERS/Arnd Wiegmann

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

  • La Suisse neutre adopte les sanctions de l’UE
  • Gel des avoirs russe « très probable » – Cassis
  • La Suisse prête à aider avec le flux de réfugiés

GENÈVE, 27 février (Reuters) – Le président suisse Ignazio Cassis a déclaré dimanche qu’il était « très probable » que la Suisse neutre suive l’Union européenne (UE) lundi en sanctionnant la Russie et en gelant les avoirs russes dans le pays alpin.

Cassis, interrogé sur la télévision publique suisse francophone RTS, a déclaré que le Conseil fédéral de sept membres se réunirait lundi et examinerait les recommandations des départements des finances et de l’économie.

Lorsqu’on lui a demandé si la Suisse, grande place financière et plaque tournante du commerce des matières premières, suivrait l’UE en gelant les avoirs russes, il a répondu: « Il est très probable que le gouvernement décidera de le faire demain, mais je ne peux pas anticiper des décisions qui n’ont pas encore été prises. fait. » qu’ils ont eu ». . »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Cassis a déclaré que la neutralité de la Suisse doit être préservée et qu’elle se tient prête à offrir ses bons offices à la diplomatie si les pourparlers entre les responsables ukrainiens et russes à la frontière avec la Biélorussie échouent, par exemple en concluant un armistice.

READ  La Suisse reçoit les premiers drones Hermes d'Israël avant les essais en vol

« Cela ne nous empêche pas d’appeler les choses par leur nom », a-t-il déclaré.

La Suisse a parcouru une ligne tortueuse entre la solidarité avec l’Occident et le maintien de sa neutralité traditionnelle qui, selon le gouvernement, pourrait en faire un médiateur potentiel.

Mais il fait face à une pression croissante pour se ranger clairement du côté de l’Occident contre Moscou et adopter des sanctions punitives de la part de l’Union européenne. Jusqu’à présent, le gouvernement a seulement déclaré qu’il ne permettrait pas que la Suisse soit utilisée comme plate-forme pour contourner les sanctions de l’UE.

Lors de la plus grande marche pour la paix depuis des décennies, quelque 20 000 personnes se sont rassemblées samedi dans la capitale Berne pour soutenir l’Ukraine, certains huant le gouvernement pour sa politique prudente.

Cassis a déclaré dimanche que les Ukrainiens fuyant le conflit seraient les bienvenus « pendant une période de transition, que nous espérons la plus courte possible ».

La ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter, a déclaré séparément que la Suisse était prête à accueillir les personnes ayant besoin de protection et à soutenir les pays voisins touchés. « Nous ne laisserons pas les gens en plan », a-t-il déclaré.

Le gouvernement suisse a modifié la semaine dernière sa liste de surveillance pour inclure 363 personnes et quatre entreprises que l’UE avait placées sur sa liste de sanctions pour punir Moscou. lire plus

Les Russes détenaient près de 10,4 milliards de francs suisses (11,24 milliards de dollars) en Suisse en 2020, selon les données de la Banque nationale suisse.

(1 $ = 0,9252 franc suisse)

Reportage supplémentaire de Michael Shields; édité par Emelia Sithole-Matarise et Diane Craft

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.