GENÈVE: La Suisse a déclaré vendredi qu’elle ne prévoyait pas de resserrer les restrictions d’entrée pour les voyageurs en provenance de Chine malgré une augmentation des cas de Covid-19 suite à la décision de Pékin de supprimer les restrictions sur les voyages à l’étranger.

Les voisins de la Suisse, la France et l’Italie, exigent un test covid négatif pour tous les visiteurs de Chine continentale, dans le but d’empêcher l’importation de nouvelles variantes du géant asiatique.

La Grande-Bretagne, Israël, l’Espagne et la Corée du Sud ont également rejoint vendredi la liste croissante de nations, dont l’Inde, le Japon et les États-Unis, qui imposent des tests Covid aux voyageurs en provenance de Chine.

« Actuellement, il n’est pas nécessaire de présenter une preuve de vaccination, de guérison du Covid-19 ou de test (négatif) pour entrer en Suisse », a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère suisse de la Santé.

« Il n’est pas non plus prévu pour le moment d’introduire des mesures sanitaires à la frontière », a-t-il déclaré.

Le Royaume-Uni exigera des tests covid négatifs pour les arrivées de Chine

L’agence des maladies infectieuses de l’Union européenne (ECDC) a déclaré jeudi qu’elle estimait que l’introduction d’un dépistage obligatoire du Covid pour les voyageurs en provenance de Chine était « injustifiée ».

L’Allemagne a déclaré qu’elle ne voyait pas non plus actuellement la nécessité d’imposer des restrictions d’entrée, mais a appelé à un système coordonné à l’échelle de l’UE pour surveiller les variantes dans les aéroports européens.

La Suisse ne fait pas partie de l’UE, mais est entourée de nations membres du bloc et se trouve dans la zone frontalière ouverte de Schengen en Europe. Berne prévoit de travailler avec Bruxelles sur tout déménagement futur.

READ  Coronavirus: Sanofi s'appuie de plus en plus sur 2 candidats vaccins

« La Suisse travaille en étroite collaboration avec l’UE et les pays européens pour gérer la crise du Covid-19 et continuera à le faire.

« La Suisse coordonnera d’autres actions avec ses partenaires de l’UE si nécessaire », a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé.