Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki assiste à une réunion conjointe avec le vice-Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski, le Premier ministre tchèque Petr Fiala, le Premier ministre slovène Janez Jansa et le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy à Kiev, Ukraine, le 15 mars 2022. Service de presse présidentiel ukrainien/Handout via REUTERS/fichier photo

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

VARSOVIE, 21 mars (Reuters) – La Suisse doit geler les comptes des oligarques russes dans le pays et saisir leurs avoirs, a déclaré lundi le Premier ministre polonais lors d’une visite à Varsovie du président suisse Ignazio Cassis.

Pour tenter de forcer un retrait militaire russe d’Ukraine, les pays occidentaux ont imposé de nombreuses sanctions, notamment le gel des avoirs de la banque centrale russe.

« Ils doivent être gelés, les avoirs des oligarques russes en Suisse doivent être confisqués et j’ai demandé au président de veiller à ce que la Suisse traite cette question de manière décisive », a déclaré Mateusz Morawiecki lors d’une conférence de presse.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Cassis a déclaré que la Suisse avait adopté des sanctions de l’Union européenne contre des centaines de personnes, dont de nombreux oligarques.

« Ils ne peuvent pas disposer de leurs actifs. S’ils possèdent des entreprises en Suisse, que ce soit dans le secteur des matières premières ou ailleurs, ces entreprises sont également préoccupées par les mesures. Il y a déjà eu des faillites », a-t-il déclaré.

Cassis a déclaré que les mesures prises par la Suisse étaient conformes à la constitution du pays et à sa longue histoire de neutralité.

READ  Voile : une finale désastreuse voit l'équipe néo-zélandaise SailGP prendre la quatrième place en France

« Ce qui n’est pas soutenu, c’est l’engagement militaire », a-t-il déclaré. « C’est le cas depuis 400 ans. »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Informations d’Alan Charlish, Pawel Florkiewicz, John Revill, Silke Koltrowitz ; Edité par Alex Richardson et Ed Osmond

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.