Crédit éditorial: Vladimir Zhoga / Shutterstock.com

Les sondages d’opinion suggèrent qu’une faible majorité de Suisses soutiendra l’interdiction du voile facial lors d’un référendum dimanche.

Un sondage de la Swiss Broadcasting Corporation a déclaré que 49% approuveraient l’interdiction, tandis que 47% la rejetteraient.

Le soutien à l’interdiction est le plus fort dans les régions italophones de la Suisse (62%), tandis que l’opinion est également divisée dans les régions germanophones (50%) et le moins dans les régions francophones (46%).).

Selon les estimations actuelles, le nombre de niqabis en Suisse varie de moins de 30 à 130 individus. La plupart des porteurs de niqab sont des touristes venant en vacances dans le pays alpin, ce qui a incité le gouvernement suisse à exhorter les électeurs à rejeter l’interdiction.

“Une interdiction nationale porterait atteinte à la souveraineté des cantons, nuirait au tourisme et serait inutile pour certains groupes de femmes”, a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

La porte-parole du Conseil central islamique de Suisse, Janina Rashidi, a dit à Al Jazeera qu’elle ne voit pas la nécessité du projet de loi sur les masques faciaux.

«Vous criminalisez les femmes pour avoir porté quelque chose», a-t-il déclaré. “Je peux comprendre que se couvrir le visage, pour certaines personnes, peut sembler étrange”, a-t-il dit, “mais il y a tellement de choses dans notre société qui semblent étranges à l’une ou à l’autre.”

Il y a très peu de niqabis en Suisse

Rashidi a déclaré que de telles lois renforcent le sentiment de nombreux musulmans selon lesquels ils ne sont pas considérés comme des membres à part entière de la société suisse, bien qu’ils soient suisses ou qu’ils aient vécu dans le pays pendant la majeure partie de leur vie.

READ  Máti Gallery défend la créativité du nouveau design

“La radicalisation que nous craignons de se produire n’est pas due à une perception erronée ou à des convictions religieuses”, a-t-il déclaré. “Ce serait le résultat direct de ces mesures et d’un discours public avec un agenda islamophobe clair.”

L’interdiction est poussée par le Parti populaire suisse. Un de vos parlementaires, Jean-Luc Addor, fait valoir l’interdiction promeut l’égalité entre les hommes et les femmes et contribuera à lutter contre la radicalisation de l’islam.

Il a déclaré: «Ces dernières années, nous avons assisté à une forme de radicalisation du caractère ostentatoire de l’islam dans l’espace public. Cette tendance s’est manifestée par une augmentation du nombre de femmes portant le hijab et dans les cas les plus radicaux portant le niqab. La France, pays qui appartient à la même civilisation que nous, a pratiquement perdu le contrôle de la situation. Nous ne voulons pas en arriver là …

«La burqa est un symbole de l’oppression et de l’aliénation des femmes. Nous refusons d’être complices de l’oppression féminine. Nous voulons promouvoir la dignité et l’égalité des femmes. La preuve en est que même de gauche, des personnalités de premier plan soutiennent l’initiative. Ils ont compris qu’il n’est pas crédible d’invoquer des principes uniquement pour les oublier sous prétexte que l’initiative vient des rangs de la droite conservatrice ».

La Suisse ne serait pas le premier pays européen à sévir contre les libertés religieuses et vestimentaires des femmes musulmanes. La France, le Danemark, les Pays-Bas, l’Autriche, la Belgique, la Lettonie et la Bulgarie ont adopté une législation visant en particulier les vêtements des femmes musulmanes.

READ  Regardez: Quand les astronautes de l'ISS ont célébré Noël dans l'espace et que le Père Noël leur a rendu visite

Ajoutez vos commentaires ci-dessous