Antidoping Suisse a signé un nouvel accord avec le directeur du Département fédéral de la défense, de la protection civile et des sports (DDPS), la conseillère fédérale Viola Amherd, qui apporte à l’organisation un soutien financier dans la lutte contre le dopage.

Il augmentera le financement de Anti-doping Switzerland, qui a récemment développé un plan antidopage amélioré avec l’Office fédéral des sports et Swiss Olympic.

Le nouvel accord-cadre avec le DDPS courra jusqu’en 2024.

Le DDPS est l’un des sept départements du gouvernement fédéral suisse.

Les deux parties ont déclaré que la crédibilité était un intérêt commun et que les finances contribuaient à l’élaboration d’un plan antidopage solide et réputé.

Cela visera à élargir la formation du personnel, à améliorer les enquêtes et la collaboration internationale, et à se tenir au courant des réseaux de dopage qui continuent à améliorer leur sophistication.

Pour aider à relever ces défis, le DDPS a augmenté son soutien financier à Antidoping Suisse, passant progressivement du montant annuel de 2,73 millions de CHF (2,27 millions de £ / 3,09 millions de dollars / 2,51 millions d’euros) actuellement à 3,45 millions de francs (2,87 millions de livres). / 3,9 millions de dollars / 3,18 millions d’euros) en 2024.

La Suisse antidopage recevra également prochainement un coup de pouce financier de Swiss Olympic © Getty Images
La Suisse antidopage recevra également prochainement un coup de pouce financier de Swiss Olympic © Getty Images

Une adaptation similaire de l’accord avec Swiss Olympic, qui prévoit également une augmentation du financement, sera également signée prochainement.

“La base décisive de ce soutien accru a été le constat des partenaires qu’Antidoping Suisse est aujourd’hui très bien positionné et jouit d’une très bonne réputation tant au niveau national qu’international”, lit-on dans un communiqué d’Antidoping Suisse.

READ  Le gagnant de la famille Lefèvre 2020, le résumé

“La Suisse antidopage se félicite de cet accord.

Il est convaincu que ces ressources supplémentaires lui permettront, à moyen terme, de disposer des ressources essentielles pour mener de manière crédible sa lutte contre le dopage en faveur d’un sport propre ».