BERNE (Reuters) – Le gouvernement suisse a décidé jeudi d’accélérer les travaux visant à étendre le soutien à la liquidité publique auquel le Credit Suisse a eu accès en mars en vertu des règles d’urgence à d’autres banques d’importance systémique et à en faire un élément permanent du cadre réglementaire.

La fourniture de liquidités garanties par l’État à ces banques en cas de difficultés a été proposée il y a plus d’un an, et le ministère des Finances a été chargé de préparer un projet de loi d’ici la mi-2023.

Mais les turbulences bancaires mondiales et une crise de confiance croissante au Credit Suisse ont conduit les autorités suisses à autoriser la banque centrale en mars à fournir 200 milliards de francs suisses (225 milliards de dollars) de liquidités à la nation. 2 prêteur en mesures d’urgence.

Jusqu’à 100 milliards de francs ont été fournis par le biais d’un soutien en liquidités publiques au Credit Suisse, qui avait retiré 10 milliards de prêts à la fin avril.

La banque concernée avait déjà profité d’une bouée de sauvetage de liquidité de 50 milliards de francs dans le cadre des accords existants.

La consultation sur la disponibilité d’un tel soutien en liquidités pour les cinq banques d’importance systémique (SIB) du pays commencera le 25 mai, a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

Le prêteur numéro un du pays, UBS, le Credit Suisse désormais absorbé par UBS dans le cadre d’un plan de sauvetage orchestré par le gouvernement, sont des SIB selon la Banque nationale suisse.

Les prêteurs non cotés Raiffeisen Group, Zuercher Kantonalbank et PostFinance sont également des SIB.

Des mesures étaient nécessaires pour améliorer la résilience de ces banques en raison de leur rôle vital dans la capture des dépôts, des prêts et des transactions de paiement nationaux.

“Si un SIB rencontre des difficultés ou fait faillite, cela peut provoquer des bouleversements considérables dans le système financier et des dommages économiques importants”, a déclaré le gouvernement.

Il a déclaré que la consultation sur le soutien public serait écourtée en raison de l’urgence de la question et durerait jusqu’au 21 juin.

Les banques, associations professionnelles et autres institutions concernées seront sollicitées pour leur avis.

D’autres régions telles que l’Union européenne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont déjà créé les conditions pour fournir un soutien en liquidités aux banques d’importance systémique en cas d’urgence.

Il a également déclaré qu’un examen plus large du cadre réglementaire annoncé après l’acquisition du Credit Suisse était en cours.

(1 $ = 0,8889 francs suisses)

(Reportage par Tomasz Janowski et Oliver Hirt; Montage par John Revill)