contribué

Le lundi 31 octobre 2022, la Sierra Leone a rejoint plus de 150 pays en tant que signataires du Protocole additionnel à l’Accord de garanties généralisées de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Lors d’une cérémonie de signature tenue au siège de l’AIEA à Vienne, SE Dr Lansana Gberie, ambassadeur et représentant permanent de la Sierra Leone auprès de l’ONU et d’autres organisations internationales en Suisse (à gauche sur la photo), a remis le protocole additionnel ( AP ), signé par l’honorable ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le professeur David J. Francis, à M. Rafael Mariano Grossi, directeur général de l’AIEA. M. Grossi a signé le protocole additionnel au nom de l’AIEA. Lors de la cérémonie de signature, la Sierra Leone a également déposé l’amendement à son accord de garanties avec un protocole relatif aux petites quantités (SQP).

Suite à l’acceptation par la Sierra Leone du texte du modèle de protocole additionnel de l’AIEA, le gouvernement a soumis une demande d’approbation au Conseil des gouverneurs de l’AIEA. Le Conseil a approuvé le texte et autorisé le Directeur général à l’approuver avec le Gouvernement sierra-léonais.

L’Ambassadeur Gberie a noté que la signature du Protocole additionnel et l’amendement au Protocole sur les petites quantités soulignent le ferme engagement de la Sierra Leone en faveur de la non-prolifération et de l’utilisation pacifique de la science et de la technologie nucléaires pour atteindre les ODD.

« C’est une étape importante pour la Sierra Leone et une autre démonstration de l’engagement de notre nation envers le multilatéralisme. Nous nous engageons à une transparence opérationnelle totale et aux normes de vérification les plus élevées en matière de non-prolifération », a déclaré l’ambassadeur Gberie.

READ  Regardez: Quand les astronautes de l'ISS ont célébré Noël dans l'espace et que le Père Noël leur a rendu visite

Dans son discours lors de la cérémonie, l’ambassadeur Gberie a également noté que la Sierra Leone « attache une grande importance à l’AIEA et à son mandat, qui contribue grâce à son expertise unique à la paix, à la sécurité et au développement mondiaux, à la sûreté nucléaire et radiologique. Nous sommes un État membre de l’Agence depuis 1967 ».

« Comme le montre la présentation de ces protocoles aujourd’hui, mon gouvernement travaille en étroite collaboration avec l’Agence pour mettre en place le cadre juridique, institutionnel et réglementaire solide nécessaire à l’application sûre de la science et de la technologie nucléaires. Nous croyons fermement que les applications pacifiques de la science et de la technologie nucléaires apportent des solutions aux défis socio-économiques », a-t-il ajouté.

Actuellement, en partenariat avec l’AIEA, la Sierra Leone est en train de mettre en place la première installation de radiothérapie pour le diagnostic et le traitement du cancer, ainsi que de développer une main-d’œuvre qualifiée pour améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer grâce à la fourniture de services de radiothérapie.

Le directeur général de l’AIEA, pour sa part, a félicité la Sierra Leone pour la conclusion de son protocole additionnel (PA) et la modification du protocole relatif aux petites quantités (SQP) et a souligné l’importance de ces protocoles pour garantir que toutes les matières nucléaires sont utilisées à des fins pacifiques.

Le Protocole additionnel est un accord complémentaire qui s’appuie sur les accords de garanties que les États non dotés d’armes nucléaires qui sont parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) ont conclus individuellement avec l’AIEA. Il a été élaboré en 1997 pour renforcer la capacité de l’AIEA à vérifier le respect du TNP par les États non dotés d’armes nucléaires.

READ  La NASA et l'ESA créent un groupe scientifique de 16 membres pour la campagne de retour d'échantillons sur Mars