Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion sur le développement du secteur métallurgique du pays, par liaison vidéo, au Kremlin de Moscou, en Russie, le 1er août 2022. Sputnik/Pavel Byrkin/Kremlin via REUTERS

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

  • Ce contenu a été produit en Russie, où la couverture des opérations militaires russes en Ukraine est limitée par la loi.

MOSCOU, 5 août (Reuters) – La Russie a interdit aux investisseurs des pays dits hostiles de vendre des actions dans des projets énergétiques et des banques clés jusqu’à la fin de l’année, ce qui accroît la pression dans l’affrontement des sanctions avec l’Occident.

Les pays occidentaux et leurs alliés, dont le Japon, ont imposé des restrictions financières à la Russie depuis qu’elle a envoyé des troupes en Ukraine fin février. Moscou a riposté en empêchant les entreprises occidentales et leurs alliés de quitter la Russie et, dans certains cas, en saisissant leurs actifs.

Les décretsigné par le président Vladimir Poutine et publié vendredi, il interdit immédiatement aux investisseurs des pays qui ont soutenu les sanctions contre la Russie de vendre leurs actifs dans des accords de partage de production (PSA), des banques, des entités stratégiques, des entreprises qui produisent des équipements énergétiques, ainsi que dans d’autres projets, de la production de pétrole et de gaz au charbon et au nickel.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Poutine pourrait émettre une dérogation spéciale dans certains cas pour que les accords soient conclus, selon le décret, et le gouvernement et la banque centrale devraient préparer une liste de banques pour l’approbation du Kremlin. Le décret ne mentionne pas nommément les investisseurs.

READ  Museveni déclaré vainqueur des élections présidentielles controversées ougandaises | Nouvelles sur les élections

PRENDRE LE COUP

L’interdiction couvre presque tous les grands projets financiers et énergétiques dans lesquels des investisseurs étrangers ont encore des participations, y compris le projet pétrolier et gazier Sakhalin-1.

Jeudi, le champion russe du pétrole d’État Rosneft (ROSN.MM) Exxon Mobil a reproché à Exxon Mobil la chute de la production du groupe de champs Sakhalin-1, après que le géant américain de l’énergie a déclaré qu’il était en train de transférer sa participation de 30% « ailleurs ». Lire la suite

Par ailleurs, un décret gouvernemental signé le 2 août a autorisé les investisseurs étrangers dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Sakhalin-2 : Royal Dutch Shell et les sociétés de négoce japonaises Mitsui & Co. (8031.T) et Mitsubishi Corp. (8058.T) – un mois pour réclamer leurs parts dans une nouvelle entité qui remplacera le projet existant.

Le nouveau décret ne couvre pas le projet Sakhalin-2, a-t-il dit.

Exxon a refusé de commenter. Jeudi, avant l’interdiction, Exxon a déclaré avoir fait des progrès significatifs dans le retrait de l’entreprise Sakhalin-1 et que le retrait est un processus complexe. En tant qu’ancien opérateur, Exxon a « l’obligation d’assurer la sécurité des personnes, la protection de l’environnement et l’intégrité des opérations », a déclaré jeudi le porte-parole Casey Norton.

Shell étudiait les options pour se retirer du projet tandis que le gouvernement japonais a réitéré son souhait que les entreprises japonaises y conservent leurs participations.

UniCredit d’Italie (CRDI.MI) et Intesa (ISP.MI)le groupe américain Citi et l’autrichien Raiffeisen (RBIV.VI) continuent de chercher des options pour quitter la Russie, tandis que d’autres comme Société Générale (SOGN.PA), (ROSB.MM) et HSBC ont trouvé une issue. Lire la suite

READ  Arrestations effectuées à Dubaï après que des femmes nues aient été vues en train de poser sur le balcon en violation de la loi sur la décence publique des EAU

Citigroup a refusé de commenter vendredi, mais jeudi, la banque a déclaré dans un dossier qu’elle continuerait à réduire ses opérations et ses expositions à la Russie.

Citigroup a cessé de solliciter de nouvelles affaires ou de nouveaux clients en Russie, a-t-il déclaré.

Citigroup a divulgué 8,4 milliards de dollars d’exposition à la Russie au 30 juin, contre 7,9 milliards de dollars à la fin du premier trimestre. L’exposition a augmenté en raison d’une augmentation de la valeur du rouble. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Informations de Reuters ; Edité par Mark Potter, Frank Jack Daniel et David Evans

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.